Ken Saro-Wiwa, les Ogoni et Shell

« L’exploration pétrolière a transformé le pays ogoni en immense terrain vague. Les terres, les rivières et les ruisseaux sont en permanence entièrement pollués ; l’atmosphère est empoisonnée, chargée de vapeurs d’hydrocarbures, de méthane, d’oxydes de carbone et de suies rejetés par les torchères qui, depuis trente-trois ans, brûlent des gaz vingt-quatre heures sur vingt-quatre tout près des zones d’habitation. Le territoire ogoni a été dévasté par des pluies acides et des épanchements ou des jaillissements d’hydrocarbures. Le réseau d’oléoducs à haute pression qui quadrille les terres cultivées et les villages ogoni constitue une dangereuse menace. »

— Ken Saro-Wiwa, s’adressant à l’Organisation des peuples et nations non représentés à Genève, en 1992.


 

Qui se souvient de Ken Saro-Wiwa ? 15 ans exactement se sont écoulés depuis le 10 novembre 1995 quand il fut exécuté au Nigeria, avec huit de ses camarades du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP).

 



Biographie

Kenule Beeson Saro Wiwa est né le 10 Octobre1941 et décédé le 10 Novembre 1995. Il était un leader politique Nigérian,un farouche militant écologiste , partisan de la non-violence et fondateur du Mosop (mouvement pour la libération du peuple Ogoni.)


Kenule Beeson Saro-Wiwa, auteur, producteur nigérian, écologiste, et leader politique du peuple Ogoni, une minorité ethnique occupant la région nigériane riche en pétrole, est né le 10 octobre 1941 à Bori, sur la côte méridionale du Nigéria. Il faisait partie d'une grande famille et son père était fortement impliqué dans la communauté. Il a été instruit à l'université d'Ibadan et au Collège du Governement, à Umuahia, où il a enseigné plus tard. Dans le milieu des années soixante, il est devenu un aide gradué à l'université du Nigéria, et puis conférencier auxilliaire à l'université de Lagos.

En 1968, durant la guerre civile nigériane, il est nommé administrateur du port pétrolier de Bonny et plus tard il devient le ministre de l'état de Rivers. Il a également occupé des postes comme commissaire pour le Ministère des travaux publics, terrains et transports, au Ministère de l'éducation et de l'information, et au Ministère des affaires intérieures.

Après avoir été démis de ses fonctions en 1973, il se  concentre  sur l'écriture et en 1983 il  publie son premier roman. En 1987, il publie  "On a Darkling Plain (1987)", un livre qui traite de la guerre civile du Biafra. Il  écrit aussi  les textes pour une comédie populaire à la télévision appelé "Basi et Co". La série la plus regardée de toute l'afrique,de 1985 à 1990. Son oeuvre le plus respecté était sans doutes "Sozaboy: A Novel in Rotten English". (racontant l'histoire d'un garçon recruté par l'armée pendant la guerre civile du Nigéria (1967 à 1970). "Sozaboy" est un roman qui ressemble à son auteur tant il témoigne des mêmes engagements. Il laisse une oeuvre qui mêle témoignage et fiction ,un roman qui plonge dans les entrailles des horreurs de la guerre, celle des humbles,des faibles et des oubliés de la vie.Dans le désordre maîtrisé et revendiqué d'une langue "pourrie", Sozaboy inaugurait ainsi l'entrée en littérature de la longue colonne blessée des enfants -soldats.

 il était également un militant politique écologiste qui défendait avec force la minorité dont il était issu. Appartenant à la communauté ogoni (un demi-million de personnes dans l’état enclavé de Rivers au sud-est du Nigeria) qui pour son malheur recèle sur ses terres des réserves pétrolières, la principale richesse du pays, Ken Saro-Wiwa revendiquait de façon pacifiste pour son peuple, «une autonomie politique, une juste part des richesses pétrolières et le droit de contrôler son environnement écologique dévasté par les compagnies pétrolières internationales, notamment le groupe  Shell, après plus de trente cinq années d’exploitation ». Et il tenait Shell pour responsable de la majorité de la destruction écologique de son pays, en même temps, il était un farouche critique du gouvernement Nigérian, les accusant de génocide.

C'est dans cette optique qu'en  1991,il  fonde le mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP) et  commence une campagne internationale contre les dommages environnementaux causés par l'exploitation du pétrole par des multi-nationales.
En dépit d'une campagne gouvernementale contre le peuple Ogoni, Ken Saro-Wiwa a toujours préconisé des démonstrations paisibles et non-violentes. Cependant, le 21 juin 1993, il est  arrêté pour son rôle dans l'organistaion de démonstrations le jour des élections nationales. Il passa plus de 4 semaines en prison. Ken Saro-Wiwa est par la suite libéré à cause d'intenses pressions internationales. Il  écrit un livre au sujet de sa période en détention, "Un mois et un jour", où il décrit en détails les conditions dans lesquelles il a vécu. En 1994 il  reçut le prix "International Right Livelihood"-le Prix Nobel alternatif pour son travail pour le peuple Ogoni.

En mai 1994, Ken Saro-Wiwa, et huit autres personnes, furent arrêtées de nouveau, cette fois-ci pour les meutres de quatre aînés Ogoni, qui étaient soupçonnés de collaborer avec les autorités militaires. A la suite d'un simulacre de procès  le 2 novembre 1999, Ken Saro-Wiwa et ses co-défendants ont été trouvés coupables et condamnés à mort. En dépit d'une campagne publicitaire internationale, les exécutions ont été effectuées à Port-Harcourt au Nigéria le 10 novembre 1995 par les autorités militaires. En raison des exécutions, le Nigéria a été suspendu du Commonwealth et condamné par les Nations-Unies après un vote de l'Assemblée générale.

 


 

Mai 2009 : ouverture du procés

Le procès contre la multinationale pétrolière Shell dans le cadre de la mort par pendaison de l’activiste et écrivain Nigérian Ken Saro Wiwa et huit autres de ces compagnons s’ouvre ce mercredi devant la cour fédérale américaine de New York.

Les faits remontent aux années 90 sous le régime du président défunt Sani Abacha.

A l’époque, le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni créé par l’écrivain et activiste Ken Saro Wiwa luttait pour que cesse l'exploitation anarchique par les compagnies pétrolières du brut nigérian.

Le groupe militait par ailleurs pour une meilleure répartition des richesses du pétrole avec les populations locales et des réparations pour la pollution environnementale.

En 1993, le mouvement avait réussi à faire stopper les activités de la filiale locale de la multinationale pétrolière Shell.

Mais cette victoire des ogoni n’était pas irrita le gouvernement fédéral dirigé par le général putschiste Sani Abacha.

Le 21 mai 1994, quatre leaders ogonis considérés comme modérés étaient lynchés par une foule dans des circonstances encore non élucidées.

Le 10 novembre 1995, Ken Saro Wiwa et huit autres de ces compagnons ont été accuse d’être les instigateurs de cette vindicte populaire.

Ils seront pendus la même année à Port Harcourt au terme d’un procès devant un tribunal militaire.

Mais selon les proches des disparus, auteurs des deux plaintes ayant débouché sur la procédure, il n’y pas de doute que ce sont les revendications de ces activistes qui les ont conduits à la potence.

Shell a-t-elle tissé des liens avec les militaires en charge de la répression dans le Delta, comme l'assure l'accusation et surtout a telle été impliquée dans une opération de corruption dans le procès ayant conclu à l’exécution des activistes ogoni?

Shell va être amenée à répondre devant un tribunal de New York, d'accusations de crimes contre l'humanité liées à une éventuelle implication auprès des militaires nigérians qui ont exécuté il y a quatorze ans Ken Saro Wiwa et ses compagnons.

 

Septembre 2009 : Shell "achète le procés"

"Mort de Ken Saro-Wiwa : Shell paie pour échapper à une action en justice"

Shell est accusé de complicité avec le régime militaire du président Sani Abacha, au pouvoir au Nigeria en 1995, dans la pendaison de l’écrivain et militant écologiste Ken Saro-Wiwa au terme d’une parodie de procès. La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise,  a payé 15,5 millions de dollars pour éviter un procès, ont indiqué, lundi, les plaignants dans un communiqué, mentionne Mail and Guardian. Plusieurs audiences préliminaires de ce procès avaient été reportées sans explication.

On m'avait pourtant toujours dit que la vie n'a pas de prix ...

Sources :

  • http://www.alterinfo.net/15-apres-son-execution-Ken-Saro-Wiwa-aujourd-hui_a51701.html
  • http://www.bbc.co.uk/french/news/story/2009/05/090526_nigeria_shell_trial.shtml
  • http://www.afrik.com/breve16476.html
  • http://www.senegaltribune.com/articles/1674/1/Mort-de-Ken-Saro-Wiwa--Shell-paie-pour-eviter-un-proces/Page1.html
  • http://www.africansuccess.org/visuFiche.php?id=170&lang=fr
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Ken_Saro-Wiwa

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×