Le Vénézuela humanitaire

Les pauvres des États-Unis bénéficient pour la sixième année du gasoil de chauffage subsidié par le Vénézuéla.

En 2010, près de 500.000 personnes aux États-Unis ont bénéficié de ce programme, parmi lesquelles 157.000 foyers de bas revenus, environ 850 grands immeubles d’appartements, 245 refuges pour sans-abris, et environ 250 communautés indigènes.

Le 25 janvier 2011 la compagnie pétrolière vénézuélienne CITGO a célébré le démarrage de sa sixième année de distribution de gasoil de chauffage aux familles de bas revenus des États-Unis. Près de 132.000 foyers à travers les États-Unis bénéficieront de ce programme en 2011, pour un total de 60 millions de dollars d’économies.

 Joseph P. Kennedy II, fils de l’homme politique Robert Kennedy, est le président de la Citizen Energy Corporation, organization non-lucrative basée aux États-Unis et qui a établi en 2005 un partenariat avec la CITGO pour lancer ce programme du gasoil de chauffage. Lors de la cérémonie du mardi 25 janvier, il a déclaré : “Chaque année nous découvrons des familles qui doivent lutter jour après jour pour avoir à manger et pour chauffer leurs maisons. Nous sommes profondément reconnaissants à la CITGO et au peuple du Vénézuéla pour leur générosité envers ceux qui ont besoin de garder leurs familles au chaud. Chaque année nous demandons aux grandes companies pétrolières et aux nations productrices de pétrole d’aider nos citoyens âgés et les pauvres à surmonter l’hiver. Une seule compagnie, la CITGO, et un seul pays, le Venezuela, ont répondu à nos appels”.

La CITGO est une filiale de la compagnie pétrolière de l’État vénézuélien PDVSA. En 2010, près de 500.000 personnes aux États-Unis ont bénéficié de ce programme, parmi lesquelles 157.000 foyers de bas revenus, environ 850 grands immeubles d’appartements, 245 refuges pour sans-abris, et environ 250 communautés indigènes. Au total, 26 millions de gallons (environ 117 millions de litres) de gasoil de chauffage ont été distribués à une population vivant dans 25 états, le district de Washington y compris.

En six ans Citgo a ainsi livré 170 millions de gallons (= 772 millions de litres) de gasoil de chauffage, selon l’AFP.

La CITGO est très fière de célébrer ce sixième anniversaire de notre Programme de Gasoil de Chauffage, qui est notre programme vedette de développement social. C’est une initiative cohérente avec les principes d’humanisme et de solidarité défendus par le gouvernement de la République Bolivarienne du Vénézuéla à travers sa compagnie nationale pétrolière, PDVSA. Que ferions-nous si chacun d’entre nous était placé devant ce choix : chauffer sa maison ou nourrir sa famille ? Ce sont des décisions que nul ne devrait avoir à prendre" a expliqué Alejandro Granado, président de la CITGO.

Texte original (anglais) : U.S. Poor to Benefit from 6th Year of Subsidized Venezuelan Heating Oil, By JUAN REARDON – VENEZUELANALYSIS.COM

Traduction (français) : Thierry Deronne, pour La revolución Vive

 

Suite aux inondations, Chavez ouvre les portes de son palais à des sans-abri

En novembre dernier, il est tombé sur le Venezuela des pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations qui ont causé la mort de 35 personnes et ont laissé environ 130 000 personnes sans abri. Si Georges Bush avait été président au lieu de Hugo Chavez, les personnes rescapées auraient été transférées à la pointe du pistolet dans des camps-prisons de fortune - tels que le Superdome - comme ce fut le cas après l’ouragan Katrina. Mais ce n’est pas comme ça que Chavez fonctionne. Le Président vénézuélien a rapidement fait passer des "lois habilitantes" qui lui ont donné des pouvoirs spéciaux pour fournir une aide d’urgence aux victimes de l’inondation. Chavez a alors vidé le palais présidentiel et l’a aménagé pour héberger 60 personnes, ce qui revient à transformer la Maison Blanche en refuge pour les sans abri. Les victimes du désastre sont maintenant prises en charge et nourries par l’état jusqu’à ce qu’elles soient capables de retourner travailler.

CARACAS, Venezuela, décembre 2010 -Des dizaines de Vénézuéliens qui ont dû fuir leurs maisons à cause des pluies torrentielles pourront rester au palais présidentiel jusqu'à ce que le gouvernement leur trouve de nouvelles maisons, a annoncé le président Hugo Chavez mercredi.

Le personnel de sécurité abandonnerait une partie de leurs quartiers, et il fournira une pièce libre, a affirmé Chavez .

« Le personnel de sécurité possède une immense cuisine que peuvent utiliser environ 20 familles », a déclaré Chavez sur la télé d’Etat.

« J’ai trois bureaux, le second peut être transformé en trois petits appartements. Ils vont commencer à emménager ».

Suivant le chemin de leur Président, les fonctionnaires de l’Assemblée Nationale ont affirmé qu’il y avait de la place au parlement qui pourrait également être utilisée temporairement afin de fournir un refuge aux victimes des inondations.

Les autorités ont confirmé quatre nouveaux décès mercredi à Caracas, portant à 25 le nombre de personnes mortes dans les inondations et les coulées de boue.

Au moins 5000 personnes ont perdu leurs maisons, poussant le président Chavez à exhorter les résidents des zones à risque à se réfugier dans les abris mis en place par le gouvernement jusqu'à ce que les pluies cessent.

Le ministre de la Défense, Carlos Mata Figueroa, a indiqué que plus de 33 000 personnes avaient été déplacées dans 259 abris par mesure de précaution.

Hugo Chavez a déclaré mercredi aux dizaines de personnes réfugiées au palais présidentiel qu'elles pourraient y rester jusqu'à ce qu'elles trouvent de nouvelles maisons.

Le président vénézuélien s'est par ailleurs rendu dans un bidonville à flanc de colline dans l'ouest de Caracas, où il a appelé les résidants à quitter leurs maisons pour éviter les risques causés par les fortes pluies attendues.

«Ils m'ont dit que vous ne partiriez pas tant que Chavez ne viendrait pas. Eh bien, je suis là», a dit le président aux résidants d'Antimano.

Hugo Chavez, un ancien commandant militaire, a aussi déclaré à des citoyens réfugiés dans un abri qu'il ordonnerait que des bâtiments du centre militaire Tiuna Fort soient libérés si nécessaire pour que les sinistrés puissent y être relogés.

Pour les milliers d'autres familles qui n'ont plus de toit, Hugo Chavez, qui ne manque pas de ressources, a décidé de réquisitionner les hôtels de tourisme. Et pas les hôtels bas de gamme. « Je suis allé hier, dimanche 5 décembre 2010, à Falcon, nous avons là-bas un hôtel de tourisme qui appartient à l’Etat que nous avons donné aux pauvres pour qu’ils puissent y vivre jusqu’à la descente de l’eau », a-t-il expliqué.

« Ici, nous devons faire la même chose, mais il n’y a pas d’hôtels appartenant à l’Etat, alors nous allons intervenir et prendre ces installations pour que les gens puissent déménager et se loger dans ces hôtels touristiques. Je suis d’ailleurs sûr qu'à cause des inondations, les riches qui ne sont pas stupides, ne vont pas venir ici. Il faut bien le comprendre : je veux réquisitionner les hôtels de tourisme mais de manière provisoire », a ajouté le président vénézuélien.

Sources : RFI.fr -- Mondialisation.ca -- Conspipedia.fr          

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×