Les syndicats sont-ils encore crédibles ?

A certains syndicats : le MEDEF reconnaissant, infiniment

Le MEDEF salue le projet d’accord « modernisation du marché du travail ». Si ce projet est validé et transposé en droit, il clôt une époque et il ouvre une ère nouvelle pour les relations sociales et pour l’économie en France : il invente la flexisécurité française.

 
 

Grâce à cet accord on diminuerait pour les entreprises le risque à l’embauche, et pour les salariés le risque d’être mis à l’écart du marché du travail. On créerait une reconnaissance interprofessionnelle de la période d’essai et sa durée serait : de 1 à 2 mois pour les ouvriers et les employés, de 2 à 3 mois pour les agents de maîtrise, de 3 à 4 mois pour les cadres. On définirait par accord de branche les modalités de son renouvellement. On mettrait aussi en place, à titre expérimental une nouvelle forme de contrat de travail, plus en phase avec l’économie d’aujourd’hui : le contrat à objet défini, un contrat dont l’échéance est liée à la réalisation de la mission ou du projet qui a justifié l’embauche. La durée maximum de ce contrat serait de 36 mois.
Par ailleurs, on doublerait les indemnités légales de licenciement et un certain nombre de droits (formation, prévoyance) deviendraient « portables ». Autrement dit, même après avoir quitté leur entreprise, les salariés garderaient pendant un certain temps les bénéfices du droit individuel à la formation et l’accès aux couvertures complémentaires santé et prévoyance.
L’innovation majeure de ce projet d’accord est la rupture conventionnelle. C’est la création d’un espace de séparation entre employeurs et employés à côté de la démission et du licenciement, qui restent toujours possibles. La rupture conventionnelle suppose l’accord des deux parties, l’employeur et le salarié. Pour l’employeur, l’avantage est que la séparation ne pourra pas être contestée devant les tribunaux, sauf vice du consentement. Pour l’employé, l’avantage est qu’il pourra percevoir les allocations chômage. Pour les deux, l’avantage est que la séparation est dédramatisée et son processus accéléré. Il aura seulement à être constaté par la direction du travail.

Selon Laurence Parisot, présidente du MEDEF, « ce concept de séparabilité représente un acquis majeur pour tous. C’est une vraie bonne nouvelle pour l’embauche en France qui ainsi se modernise et se dynamise. Il marque aussi un progrès souhaitable vers l’égalité entre l’employeur et l’employé. D’une manière générale la mise en œuvre de ce projet d’accord exprimerait enfin la reconnaissance publique par les employeurs et les employés de leurs intérêts communs ».

        

PARTICIPEZ AU SONDAGE ET AU DEBAT SUR LES SYNDICATS, LANCE PAR CLODE, EN LIBRE ACCES ET PARTICIPATION, SUR LE FORUM : CLIQUEZ ICI !

.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Calves
  • 1. Calves | 09/02/2008
Plus la dictature de la bourgeoisie a été longue, en particulier sous sa forme démocratique, plus elle a éduqué les dirigeants des organisations ouvrières dans ses idées et ses conceptions.
(1er congrès de l'internationale Communiste 1919)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×