Souvenirs : Michel Fugain, le Big Bazar et l’esprit communautaire post 68

Michel Fugain est un chanteur compositeur et interprète français, né le 12 mai 1942  à Grenoble.
Fils de l’ancien résistant et diabétologue Pierre Fugain, il abandonne ses études de médecine et devient second assistant du réalisateur Yves Robert.
En 1964, suite à une étroite amitié avec Michel Sardou, il entre aux nouvelles éditions Barclay en tant que « compositeur d’édition » et écrit ses premières chansons. Il est interprété par Hugues Aufray (1966), Hervé Vilard, Dalida, Marie Laforêt, etc.
Il enregistre un premier album en 1967 (Je n’aurai pas le temps, Les fleurs de mandarine) et en 1970, la comédie musicale « Un enfant dans la ville ». Cette dernière l’orientant de plus en plus vers la vie de groupe, il lance en 1972 une formation musicale qui va révolutionner la chanson française des années 70: Le Big Bazar.


Une trentaine de personnes dont onze musiciens professionnels adhèrent à son projet. La grande aventure Big Bazar commence sans tarder avec des techniciens, des chanteurs, musiciens et comédiens vivant en communauté de travail.
Basée sur l’esprit communautaire hippie et révolutionnaire, la troupe est gérée en coopérative et composée d'une trentaine de personnes : musiciens-chanteurs-comédiens, la plupart débutants, et techniciens. Ils vivent en communauté de travail et partagent leurs gains.

A l'affiche de Big Bazar, on retrouve bien sûr Michel Fugain et Stéphanie Coquinos sa future épouse. On aperçoit également Christiane Mouron qui tiendra le rôle du petit clown de la troupe baptisé Kiki.
Puis on voit Valentine Saint-Jean alias Vava, la formidable chanteuse et Carine Reggiani, la fille de Serge Reggiani . Citons encore les sœurs Véronique Mucret et Dominique Mucret dite Mino, et Cordelia Piccoli, benjamine de la troupe et fille de Michel Piccoli.
Parmi les hommes, citons Pierre Fuger le chorégraphe, Jean-Pierre Lacot le « poète » et Gérard Kaplan le « petit homme ».
Mentionnons également Christian Dorfer, Maurice Latino alias Momo, Roland Gibelli et Roger Candy connu sous le nom de G.G. Candy, mari de Valentine Saint-Jean.
Chacun des membres tient donc un rôle précis mais la troupe est gérée en coopérative et les gains sont partagés.

La formation va produire et mettre en scène pendant cinq ans les plus grands tubes « made in Fugain »: La fête, Fais comme l’oiseau, Les Acadiens, Attention Mesdames et Messieurs, Bravo Monsieur le Monde, Une belle histoire, Chante, etc, … Jusqu’à l’explosion du groupe en 1976.



A l’occasion des FrancoFolies de 2010 au Canada, Michel Fugain reviendra sur l'esprit du Big Bazar, « une troupe qui ressemblait à l'esprit coopératif du Kiboutz, qui venait de la période après 1968 ; d'ailleurs, tout le monde était payé le même salaire ».
Le Big Bazar était organisé en société coopérative (tout le monde était payé au même tarif, Fugain comme les autres). « Le Big Bazar n'a pas d'employés, dit Fugain, que des actionnaires. » Machinistes, monteurs chantent en scène et récoltent leur part d'applaudissements.



La réussite de Michel Fugain et de son Big Bazar, spectacle typiquement familial, est certainement la plus importante depuis des années dans l'histoire de la chanson française.
Et le tout, sans réel appât du gain, en quasi-autonomie, et en réel communautarisme basé sur le système de coopérative.
Une expérience unique dans le show-business !

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/03/2013

×