Journée mondiale de l'eau

20 Mars - Journée mondiale de l'eau 2008 : L’assainissement

A découvrir en allant lire la suite :

  1. Campagne de sensibilisation contre l’eau embouteillée
  2. Action contre la Faim : Nos villes peuvent aider 5 millions de personnes  
  3. Une analyse des causes du manque d'eau
  4. Le site de l'UNESCO et celui de la journée mondiale de l'eau
  5. L'exemple du Ghana, à travers un reportage vidéo 
  


 

Campagne de sensibilisation contre l’eau embouteillée

Canoë 
Virginie Roy
18/03/2008 12h30 

Journée mondiale de l’eau - Campagne de sensibilisation contre l’eau embouteillée
Afin de marquer la Journée mondiale de l’eau, trois organismes s’unissent pour faire la promotion d’un retour à l’eau du robinet. 
© Corbis

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, qui aura lieu samedi prochain, la campagne de sensibilisation «Inside the bottle (Dans la bouteille) a été lancée aujourd’hui.

L’institut Polaris, la Coalition Jeunesse Sierra et la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants dénoncent le contrôle de l’entreprise privée sur les systèmes d’eau publique et invitent la population à ne plus acheter d’eau embouteillée.

En effet, la coalition rappelle que l’industrie de l’eau embouteillée cause des effets néfastes sur l’environnement et la société. Parmi les conséquences environnementales, on compte l’utilisation de combustibles fossiles dans la fabrication de bouteilles en plastique, le rejet de produits chimiques toxiques lors de la production de ces bouteilles, la contribution au réchauffement de la planète lors du transport de l’eau embouteillée, et une augmentation des déchets en plastique.

Pour ce qui est des conséquences sociales, la coalition accuse l’industrie de l’eau embouteillée de produire des campagnes de marketing qui tentent de réduire la confiance en l’eau du robinet et dans les systèmes d’eau publique. Selon les trois organismes, ces campagnes manipulent l’opinion publique.

«L’industrie de l’eau embouteillée a tellement bien réussi qu’aujourd’hui le public paie volontiers plus pour un litre d’eau embouteillée que pour un litre d’essence», peut-on lire dans leur communiqué.

Zones libres d’eau embouteillée

Par conséquent, la coalition désire créer des zones libres d’eau embouteillée. Pour ce faire, elle suggère l’adoption de politiques pour arrêter la vente et la distribution d’eau embouteillée, l’instauration de mesures encourageant la consommation de l’eau du robinet ainsi que la sensibilisation aux problèmes causés par l’industrie de l’eau embouteillée.

«L’objectif ultime de la campagne est de contester, un espace à la fois, le contrôle de l’eau publique par l’entreprise privée, tel qu’incarnée par l’eau embouteillée», dit Andrea Harden, responsable de la campagne à l’institut Polaris.

«Dans le cas des campus, le syndicat étudiant ou un groupe étudiant peut commencer en décidant de ne pas vendre ou distribuer de l’eau embouteillée dans leurs bureaux ou pendant leurs activités, et encourager les autres à faire de même. En dernier lieu, les étudiantes et étudiants pourront exiger des administrations des collèges et universités qu’elles arrêtent la vente d’eau embouteillée dans les campus», suggère-t-elle.

Manipulation du public

Les trois organismes accusent l’industrie de l’eau embouteillée de profiter de la Journée mondiale de l’eau pour faire la promotion de leur produit. En effet, cet événement public clé est de plus en plus commercialisé.

Ainsi, selon eux, l’industrie de l’eau embouteillée, qui fait face à une opposition croissante, profite de la Journée mondiale de l’eau pour faire des campagnes publicitaires de responsabilité sociale dans le but de blanchir leur image de principal profiteur de l’eau et de faire la promotion de produits qui sont néfastes pour l’environnement. La coalition encourage donc les étudiants à participer au lancement officiel de la campagne de sensibilisation afin de «ramener à sa source la Journée mondiale de l’eau».

«En encourageant les campus à créer des zones libres d’eau embouteillée, les étudiantes et étudiants utilisent leur pouvoir pour défier la privatisation de l’un de nos droits fondamentaux, l’accès à l’eau, et montrer leur engagement en faveur de la durabilité comme valeur de base de la communauté du campus», conclut Monique Woolnough, coordonnatrice des Campus durables de l’Ontario.


Journée Mondiale de l’Eau 2008 : Nos villes peuvent aider 5 millions de personnes !

 

Au lendemain des élections municipales, mercredi 19 mars, Action contre la Faim lance un premier défi aux nouvelles équipes : secourir 5 millions de personnes ! La consommation d’eau des citoyens français peut être solidaire : des outils existent et il ne tient qu’à leur ville de s’engager réellement.

Un nouvel outil sous-utilisé
Les chiffres ne changent pas voire ils vont en s’aggravant – 1 milliard de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable, 2.6 milliards qui n’ont pas accès à l’assainissement, 5 millions qui en meurent chaque année - : la question de l’accès à l’eau potable, à l’assainissement, à l’hygiène fait partie des grands enjeux de notre siècle. En signant les Objectifs du Millénaire pour le Développement en 2000, la France s’est engagée à tout faire pour notamment agir dans le domaine de l’eau. Les collectivités par leur responsabilité et leur connaissance de la gestion de l’eau sont au cœur de cette solidarité Nord/Sud pour l’accès à l’eau.

Des outils concrets de mobilisation citoyenne existent en faveur de l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène pour les plus démunis ; mais ils sont sous-utilisés… En février 2005, un nouveau dispositif législatif a été voté à l’unanimité à l’Assemblée Nationale : la loi dite « Oudin » permet aux différents services impliqués dans la gestion de l’eau en France (collectivités, syndicats des eaux, agences de l’eau,…) d’affecter jusqu’à 1% de leur budget « eau » à des projets de solidarité internationale – sans que l’usager français en pâtisse.

Appel aux maires de France : « Mon eau peut être solidaire. Et ma ville ? »

Si toutes les collectivités et services de l’eau appliquaient la loi Oudin, 5 millions de personnes par an pourraient bénéficier d’un accès à l’eau dans le monde, soit autant que le nombre de personnes qui en meurent aujourd’hui.. Si certaines collectivités et agences de l’eau ont commencé à utiliser cet outil de solidarité, face à l’urgence de l’eau il faut faire mieux et plus vite !

Action contre la Faim a interrogé certaines municipalités : le manque de mobilisation et de connaissance de cette loi est aujourd’hui encore la raison principale invoquée par les mairies pour ne pas l’appliquer. L’association se mobilise donc à Paris et dans 13 villes de province pour lancer le défi de l’accès à l’eau pour tous aux nouvelles équipes municipales, appeler les citoyens à faire pression sur leurs élus et leur faire prendre conscience de cet outil simple de solidarité.

 


Pourquoi plus d’un milliard d’êtres humains n’ont-ils pas accès à l’eau ?
de Marc Laimé

En dépit des engagements répétés de la communauté internationale, l’accès à l’eau n’est toujours pas assuré pour des quantités croissantes d’êtres humains. Si rien ne change, la moitié des habitants du monde risque de manquer d’eau dans 20 à 30 ans. Symbolisant cruellement les inégalités qui déchirent la planète, l’accès à l’eau sera l’un des enjeux majeurs pour l’humanité au 21ème siècle. Les solutions existent. Mais le capitalisme dominant n’a que faire de la pauvreté et de l’accès à l’eau. Jamais peut-être la démonstration n’en aura été aussi aisée à établir...

Lire la suite : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article63352


Les instigateurs de la chose : 

Site de l'unesco : http://www.unesco.org/water/water_celebrations/index_fr.shtml

Site de la journée mondiale de l'eau : http://www.unwater.org/worldwaterday/flashindex.html

Site internationnal de l'année de l'assainissement : http://esa.un.org/iys/


Mondialisation, quand le FMI fabrique la misère

Voici une info qui ne passe jamais au journal TV mais qui touche des millions d’hommes et de femmes.

Ce sont des évènements qui provoquent la misère.

C’est un documentaire britannique de la BBC traduit en français sur le GHANA.

Et dire qu’on laisse couler l’eau en se brossant les dents sans aucun mal et qu’on nettoie les sols avec de l’eau potable !

On réfléchit plus après avoir visioné ce reportage...

C'est ici : http://www.e-monsite.com/forget/rubrique-1108246.html


 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Clode
  • 1. Clode | 01/05/2008
Si les faramineux bénefs de l'eau était mis pour installer des pipelines d'eau pour les pays en sécheresses ça vaudrait le coup de payer l'eau au prix qu'elle est actuellement!
ramsay
  • 2. ramsay | 21/03/2010
c tre grave

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×