Vous avez dit «classe ouvrière» ?‏

LA CLASSE OUVRIÈRE N’EXISTE PAS !?  VRAI OU FAUX ?

Par Robert Bibeau / 14.04.2014

 

 Il y a quarante ans, un ami m’annonça, ébaubi, que la classe ouvrière avait péri. Percevant mon scepticisme, il m’expliqua que les usines fermaient les unes après les autres, que les emplois ouvriers disparaissaient par milliers, que les salariés étaient jetés sur le pavé avant de se retrouver sur l’aide sociale. Pourtant, la production nationale augmentait sans cesse (hausse du PIB). Avec moins d’ouvriers et plus de production, il ne pouvait y avoir qu’une  explication, la robotisation. La nouvelle classe sociale des exploités était désormais formée des robots de la productivité.

 

Mais qui donc produisait ces robots, lui ai-je demandé ? D’autres automates plus sophistiqués, eux-mêmes commandés par des robots géniaux. Il faut dire qu’à cette époque, la série Star Wars (1977) battait tous les records aux boxes Office et contaminait la pensée des bourgeois désœuvrés. Toujours est-il que depuis les années quatre-vingt, chaque bobo rencontré et moult petits bourgeois déjantés tentent de me prouver que les usines, les manufactures, les sweats shop, les mines, les chalutiers, les chantiers de construction, les chaînes de montage, les ports, les cales sèches, les voies ferrées, les transports routiers, les champs cultivés et les camps forestiers fonctionnent tous sans ouvriers – totalement robotisés.  Selon eux, il ne subsiste que des intellectuels gestionnaires et des travailleurs du clavier (!)    

 

J’ai donc procédé à des visites d’usines en banlieue de Montréal, afin de me renforcer dans mon refus obsédé de ces billevesées et pour conforter mon incrédulité. Voilà que le premier avril dernier une amie m’a transmis une vidéo accessible sur Internet qui prouve hors de tout doute que la classe ouvrière spoliée de sa plus-value, pillée de son surtravail, exploitée et robotisée existe toujours, mais ses conditions de travail sont pires qu’auparavant. La seule chose qui ait changé, c’est qu’elle est encore plus aliénée que par le passé.

 

Observez cette courte séquence (six minutes) qui décrit un parcours de l’usine agricole à votre assiette en passant par CosCo et MacDo :

 

 

Évidemment, les intellos à gogo – les petits-bourgeois – les prolos de bistro – et les bobos des studios, les écolos-verdâtres seront scandalisés du sort réservé à la volaille, aux porcs et aux vaches dans cette vidéo hors nature, sans même remarquer les milliers de travailleurs et de travailleuses s’échinant à évider des carcasses cordées, alignées, enchaînées aux tapis roulants tournoyant en  cadence, esclaves de la chaîne de montage robotisée.

 

 Voilà ce que Marx voulait signifier quand il disait que sous le capitalisme l’ouvrier devient partie constituante de la machine, son extension, le moteur pensant qui lui donne le mouvement. Le travailleur est le robot intelligent qui fait marcher ce mécano roulant.  L’ouvrier, lui, est le seul pouvant se régénérer et se reproduire et faire fonctionner les machines. Il est également le seul qui fournit la valeur et la survaleur aux produits (marchandises), le seul à produire le salaire et la plus-value source de toutes les formes de profit. La machine robotisée (la chaîne de dépeçage) et les animaux ne font que transmettre leur valeur au produit fini via le travail de transformation de l’ouvrier-ouvrière sur la chaîne d’esclavage salariée.   

 

La vidéo se termine sur des scènes navrantes où des milliers de salariés endoctrinés – publicisés – courent jusqu’au plus proche supermarché acheter les biens de première nécessité qu’on leur impose en surabondance. Encore une fois les petits bourgeois feront la gorge chaude et cracheront leur mépris sur les salariés-consommateurs accusés de fréquenter une multitude de restaurants fastfoods. Pourtant, tous les restaurants – ou presque – servent le même type d’aliments.  Une fois de plus, ils oublieront qu’avec les salaires concédés par les propriétaires privés, seuls ces temples de la mort culinaire demeurent accessibles à ceux que l’on invite à creuser leur tombe avec leurs dentiers (1).

 

 ___________________

(1) Robert Bibeau (2014). Le déclin de l’impérialisme contemporain. 60 pages. Téléchargez le feuillet  gratuit : http://www.robertbibeau.ca/VolumeDeclin.html

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 15/04/2014

×