Quand Airbus délocalise ... aux USA !

La gauche libérale à la manoeuvreDemain la CGT annoncera que selon ses calculs 75 000 emplois sont menacées dans les prochains mois et présentera une liste des plans sociaux en gestation, à la veille de la « Conférence sociale » des 9 et 10 juillet. Lundi, le groupe Airbus-EADS a confirmé avoir investi 500 millions d’euros dans une usine installée aux Etats-Unis, à Mobile dans l’État de l’Alabama, nouveau site d’assemblage de l’A 320 après Toulouse, Hambourg et Tianjin en Chine. « Elle emploiera 1000 salariés et donnera du travail à 4000 employés dans des sociétés travaillant pour elle » indique Le Figaro qui précise que « l’avionneur européen bénéficie du soutien de l’Alabama qui s’élève à environ 100 millions de dollars». «Il ne s’agit pas d’une délocalisation, mais d’un investissement industriel sur le premier marché mondial devant la Chine. Nous avons besoin d’un important investissement industriel aux États-Unis. Cela aura un effet positif sur les emplois en Europe», explique Fabrice Brégier, PDG d’Airbus.

Une précision qui est faite pour rassurer les salariés français et européens du groupe qui gardent en mémoire le plan baptisé Power8 annoncé début 2007…au nom lui aussi de la compétitivité. Avec comme objectif la réduction des coûts structurels, le renforcement de la trésorerie et l’accélération des programmes de développement des avions, Power 8 avait certes permis d’économiser 2,5 milliards d’euros et de générer 10 milliards d’euros de cash mais avait entraîné la suppression directe de 7900 postes. Nous notions encore en octobre dernier que ce plan de restructuration drastique d’Airbus, prévoit toujours 4 300 suppressions d’emplois en France et la cession du site Airbus de Méaulte (Somme).

Dans cette même optique d’économie et de rentabilité, a été mis en place une nouveau plan en 2008, Power 8 plus, afin d’étendre les restructurations aux autres divisions d’EADS qui prévoyait de délocaliser une partie de la production vers des pays situés en zone dollar ou à faible coût de main d’œuvre, d’où la construction d’une chaîne de production de l’A320 en Chine que nous évoquions plus haut. Et d’une usine de composant en Tunisie qui bénéficie elle aussi d’une main d’œuvre bien meilleur marché que la nôtre, de charges patronales beaucoup moins élevées et qui n’est pas tributaire de l’euro fort …

Le Monde prend acte du handicap de la monnaie unique en soulignant que cette implantation en Alabama répond aussi à la volonté d’Airbus de « réduire ses coûts en assemblant des appareils aux Etats-Unis ». « Il évitera ainsi le risque de change : les avions se vendent sur le marché mondial en dollars, alors qu’il produit essentiellement en Europe. »

Comme l’a indiqué très justement un député UMP qui campe sur des positions souverainistes, Jacques Myard, réagissant à cette installation d’un site d’assemblage Airbus aux Etats-Unis, « cette décision est le résultat direct de la cherté de l’euro, dont la surévaluation permanente par rapport au dollar met Airbus et l’industrie française notamment dans une situation d’infériorité structurelle ! Louis Gallois (énarque, ex militant socialiste proche du CERES de Jean-Pierre Chevènement, membre du Siècle, co-président d’EADS, NDLR), n’a cessé de dénoncer cette aberration de la monnaie unique. »

Le Figaro a préféré quant à lui se féliciter de ce qu’ « Airbus passe à l’offensive sur le marché américain » et rappelle qu’ « EADS avait pris l’engagement d’investir à Mobile dans une usine d’assemblage d’avions ravitailleurs s’il remportait le contrat pour l’armée américaine. Mais après des années de rebondissement, le Pentagone lui a préféré en 2011 l’américain Boeing. Mais le formidable lobbying de Boeing, qui surfe sur la montée du protectionnisme, lui ferme encore des portes. »

En effet nous l’évoquions en février 2011, le groupe américain avait finalement remporté, aux dépends d’EADS, le contrat des avions ravitailleurs de l’U.S. Air Force, baptisé dans les médias le « contrat du siècle », un appel d’offre de 35 milliards de dollars, portant sur la production de 179 tankers destinés à remplacer une partie de la flotte vieillissante de 400 appareils KC-135. . En 2008, EADS (et Northrop Grumman) avaient emporté ce marché, mais les pressions, entraves et autres chausse-trappes s’étaient alors multipliés et après contestation de Boeing, le contrat avait été cassé et l’appel d’offres relancé…

L’administration américaine et Boeing avaient même obtenu -aboutissement d’une plainte américaine déposée en 2004- de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) présidée par le socialiste français Pascal Lamy, qu’elle juge illégales certaines aides de Bruxelles accordées pendant 20 ans à Airbus. Et ce, alors qu’ il est de notoriété publique que Boeing, via notamment sa branche militaire, est fortement subventionné par le gouvernement américain… qui manie sans complexe, en fonction des circonstances et quand cela l’arrange, c’est de « bonne guerre », la carte du protectionnisme ou de l’ultra libre-échangisme.

Evoquant les aides consenties par l’Etat de l’Alabama pour accueillir Airbus – gratuité du terrain, défiscalisation totale pendant plusieurs années, aide directe de 100 000 dollars par emploi créé…- M. Myard note comme Bruno Gollnisch avant lui qu’il s’agit là d’ « Autant de mesures que les oligarques du tout concurrence de Bruxelles condamnent sans appel. L’installation d’Airbus en Alabama est bien le résultat direct de l’autisme de la Commission de Bruxelles et de la BCE, avec un euro surévalué et une absence totale de politique industrielle face à des concurrents qui manipulent leur monnaie et ont une politique industrielle. Voilà pourquoi l’Europe va dans le mur ! »

Piqure de rappel à lire sur le plan "Power 8" : A380 + Power 8 = -10000 emplois

3 votes. Moyenne 4.33 sur 5.

Commentaires (1)

Clode
  • 1. Clode | 01/08/2012
Le 100ème avion depuis trois ans, sur le site de tianjine correspond à une cadence de 33/mois (moyenne sur 3 ans). Cadence qui correspond à plus de 33 aujourd'hui si nous tenons compte qu'au lancement de l'usine la cadence n'était que de 4 à 10/mois(montée de cadence progressive). donc aujourd'hui. la cadence de ce site dépasse celle des usines d'Europe qui est aux environs de 41 avions/mois sur la gamme de l'A320.
L'usine de Tianjin. est une FAL( final assembly line ) Elle devait seulement assembler des éléments provenant des sites aéro structures d'Europe. Et l'on peut lire ici : http://www.20minutes.fr/ledirect/953575/airbus-veut-continuer-produire-chine-au-dela-2016
" La décision de produire directement en Chine ne s'explique pas pour Airbus par des coûts moins élevés, contrairement aux délocalisations traditionnelles. L'avionneur doit faire face à des délais plus longs, notamment la durée du transport des pièces fabriquées en Chine mais assemblées en Europe. "

Donc "la production locale pour soutenir les ventes en Chine " est une foutaise, un mensonge.
Conséquence, plusieurs sites Airbus d'Europe dont 2 en France ont disparut du consortium Airbus.
Il en sera de même pour la nouvelle usine de Mobile dans l'état de l'*Alabama aux USA.
Et après la Chine et les USA. Pourquoi pas au Brésil ( Embraer est un des fleurons de l'industrie nationale. Le 4ème constructeur mondial d'avions commerciaux).

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 18/07/2012

×