Dexia, un scandale bancaire récidiviste

Actualité : Votre commune est-elle infectée par un «emprunt toxique»?

Carte des emprunts structurés, dits « toxiques », distribués par Dexia Crédit local (DCL), de 1995 à 2009, et encore en exercice début 2010. Il est indiqué le montant de ces emprunts, le surcoût attendu pour les collectivités, tel qu'il est valorisé par DCL, ainsi que les banques qui ont servi de contrepartie à DCL.

Calcul du surcoût : calcul fait par Dexia selon une méthodologie qui prend en compte la "valeur de marché" (le mark to market) du produit structuré ; en d'autres termes, c'est le surcoût par rapport aux intérêts calculés au moment de la signature initiale. Lire aussi «les Cordons de la Bourse».

Précision: les chiffres datent de 2009, et certains prêts ont été renégociés depuis. De plus, Dexia n'est pas la seule banque à avoir distribué des emprunts toxiques.

Juste un exemple :

COMMUNE DE QUIBERON (56170)
Montant total des emprunts  3 653 000 €
Montant total des surcoûts  2 558 000 €
Ratio surcoûts/montant total  70.02 %
Voir le détail de la commune "exemple"

 


Cliquez sur la carte pour vérifier votre commune :

 

Légende :

•  : opération bénéficiaire
• : 0 à 10% de surcoût
• : 10 à 20% de surcoût
•  : 20 à 50% de surcoût
•  : plus de 50% de surcoût

Source: Dexia, 2009
Crédits: Nicolas Cori, Olivier Mobili, Yohan Boniface
Outil: OpenLayers, license BSD
Fond: © les contributeurs d'OpenStreetMap, CC-BY-SA

http://labs.liberation.fr/maps/carte-emprunts-toxiques/

 

Sauvetage de Dexia : "Une 'bad bank' sert à rassurer les marchés"

Avec la création d'une "bad bank" prête à absorber plus de 80 milliards d'euros d'actifs toxiques, les États français et belge espèrent sauver la banque Dexia de la faillite. Mais le grand perdant de l'opération pourrait bien être le contribuable...

L’heure du démantèlement de Dexia semble avoir sonné. Mardi soir, le gouvernement belge a donné son accord à la création d’une “bad bank” ("banque poubelle") qui doit permettre à l'établissement franco-belge de se délester de tous les actifs toxiques (au moins 80 milliards d’euros) qui plombent son bilan.

Il s’agit de la première étape d’un vaste plan de restructuration piloté par la France et la Belgique, les deux actionnaires de référence de cette banque spécialisée dans l’aide financière aux collectivités territoriales. Outre la “bad bank”, Dexia devrait également voir la Caisse des dépôts et la Banque postale participer à son activité de financement des collectivités locales et serait obligée de céder ses opérations de gestion de portefeuilles financiers.

Malgré son précédent sauvetage à la fin de 2008, Dexia se serait donc évertuée à mener des opérations risquées en investissant massivement dans des dettes souveraines, telles que celle de la Grèce et de l’Espagne. Pascal de Lima, professeur d’économie à Sciences Po-Paris et économiste en chef chez Altran, une société de conseils en finance qui compte plusieurs banques hexagonales parmi ses clients, explique à France24.com ce qu’est exactement une “bad bank” et comment elle fonctionne.

Voir la vidéo de France 24

France 24 - Quelles sont les spécificités d’une "bad bank" ?

Pascal de Lima - Son nom exact est “structure de défaisance”. Elle fonctionne comme une banque traditionnelle, avec ses locaux et ses employés, mais son unique mission est de gérer un portefeuille d’actifs toxiques.

Son but ultime est de trouver des acquéreurs pour tous ces actifs dont personne, à l’heure actuelle, ne semble vouloir. C’est une institution financière publique, comme une banque nationalisée. Dans le cas de Dexia, les États belge et français en seront, avec d'autres organismes publics, les actionnaires majoritaires.

Cette banque reçoit également de l’argent. Elle perçoit ainsi les intérêts annuels sur les crédits dont elle hérite. Dexia doit également lui verser une prime annuelle en contrepartie de la garantie de la France et la Belgique sur ces créances toxiques.

F24 - Quel est l’intérêt de mettre en place une telle structure ?

P. L. - L'avantage d’une telle "bad bank" est double pour Dexia. D’abord, elle permet d’assainir ses comptes, ce qui devrait avoir pour effet de calmer les marchés financiers.

Elle sert ensuite à gagner du temps. Contrairement à Dexia, qui est sous la pression des marchés, elle peut attendre de voir comment évolue la situation et ainsi vendre ses actifs toxiques à de meilleures conditions.

F24 - D'autres États ont-ils eu déjà recours à ce genre de dispositif ?

P. L. - En 2008 et en 2009, l’administration Obama avait envisagé de mettre en place une telle “bad bank” pour y loger une partie des "subprimes" mais l’idée n’a jamais été appliquée.

Avant la crise actuelle, certains gouvernements ont déjà eu recours à des “bad banks”. Les États-Unis ont utilisé ce mécanisme en 1989 pour sauver les caisses d’épargne qui traversaient alors une grave crise, et la France s’en est également servie en 1993. À l’époque, l’État français avait mis en place un “consortium de réalisation” (autre nom pour ces banques poubelles) afin d’assainir les comptes du GAN [Groupe des assurances nationales, racheté en 1998 par Groupama], du Crédit lyonnais et du Crédit foncier.

F24 - Le contribuable va-t-il devoir payer l’addition ?

P. L. - S’il y a une moins-value, ce sont les actionnaires et donc les États français et belge qui paieront une partie de l’addition.

F24 - Cette opération permettra-t-elle à la "bad bank" de dégager de l'argent ?

P. L. - Je ne pense pas. Il s’agit plutôt de minorer les pertes. À mon avis, d’ici trois à quatre ans, on va faire le bilan des opérations et évaluer les dégâts.

Dans le cas du sauvetage des caisses d’épargne américaines, l’addition pour le contribuable avait été de 150 milliards de dollars et, en France, l’épisode de "consortium de réalisation" en 1993 avait fait perdre 16 milliards d’euros à l’État.

Souvenirs : c'était en 2008 ...

30 septembre 2008 / Le marché salue le sauvetage de Dexia

Axel Miller et Pierre Richard quittent Dexia. Les gouvernements belge, français et luxembourgeois injectent 6,4 milliards dans la banque. L'augmentation de capital se fera à 9,9 euros. Le marché apprécie, le titre Dexia a pris 6,08% à 7,5 euros, après en avoir gagné une quinzaine en matinée.

7 octobre 2008 / La banque est reprise en main par un tandem franco-belge expérimenté 
 
Jean-Luc Dehaeneest élu président du conseil d'administration et Pierre Marianidevient administrateur délégué du groupe Dexia.
 
14 novembre 2008 / Dexia obtient 150 milliards d'euros de garanties publiques, dont 90 milliards de la Belgique et 55 milliards de la France.

Dexia se trouvait forcé de demander un soutien à l'État. Ce sauvetage survenait dans les jours suivants, sous deux formes:

  • une injection de capital de 6,4 milliards euros, consistant en 3 milliards d'euros de l'État et des Régions belges, 3 milliards d'euros de l'État français par l'intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignations et 376 millions d'euros du gouvernement du Luxembourg.
  • une garantie d'État (effective à partir du 31 octobre 2008) portant sur les nouveaux financements levés auprès des contreparties institutionnelles ou professionnelles, plafonnée à 150 milliards euros. La Belgique participait pour 60,5 % à la garantie, 36,5 % étant assuré par l'État français et 3 % par le Luxembourg.

Plus de 150 milliards pour les sauver il y a 3 ans, et maintenant ils endettent les collectivités territoriales ? Ils sont calés en économie nos gouvernements ... Déçu

Et, Ho, là haut, je sais que UMP, en verlan, ça fait PMU, mais quand même gérer un état, c'est pas jouer l'argent du contribuable aux courses !


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 07/11/2011

×