Liliane Bettencourt, pièce maîtresse d'un scandale gouvernemental

Quel est donc ce chèque donné à Sarkozy par Madame Bettencourt ?

Ce petit billet ne sera pas long, mais il me paraît important que cette affaire dans l’affaire Bettencourt ne passe pas à la trappe, car c’est un énorme morceau difficile à avaler. Il sera court car l’information brute se suffit à elle-même.
 
Ce lundi 21 juin, jour de la fête de la musique, - celle)ci grince plutôt à nos oreilles - Mediapart a mis en ligne, audible par tous, une copie de l’enregistrement des fameuses conversations entre le chef d’orchestre financier de madame Bettencourt et madame. Cette conversation date du 4 mars 2010. La voici ci-dessous (Médiapart) : 
 

 
En voici la transcription - on peut supposer sans grands risques de se tromper que madame Bettencourt signe des chèques (les prépare ?) en écoutant cet enregistrement et en tenant compte des paroles, des arrêts, des questions et des réponses -  :
Le gestionnaire
Valérie Pécresse c’est la ministre de l’ens… de la recherche
 
Madame B :
inaudible 
 
Le gestionnaire
elle fait la campagne pour être présidente de Paris. Elle va perdre
 
Madame B :
elle va perdre
 
Le gestionnaire 
mais il faut que vous la souteniez
 
Madame B
oui
 
Le gestionnaire
et c’est des sommes très mineures
 
Madame B
inaudible
 
Le gestionnaire
c’est des petites sommes
 
Madame B
oui
 
Le gestionnaire
elle va perdre mais il faut quand même qu’on montre que vous la soute…
 
Madame B
pourquoi elle va perdre ?
 
Le gestionnaire
soupir j’sais pas.
 
Madame B
il faut lui montrer (peu audible approximatif)
 
Le gestionnaire
il faut quand même lui montrer votre soutien. Le deuxième c’est le ministre du budget
 
Madame B
ça me dit quelque chose
 
Le gestionnaire
oui c’est le ministre du budget
 
Madame B
c’est ça
 
Le gestionnaire
il faut aussi l’aider. Le troisième c’est Nicolas Sarkozy.
 
Madame B
(?) je fais pour Pécresse
 
Le gestionnaire
voilà et c’est ce n’est pas cher
 
bruits de fond (madame B doit regarder le dossier et commencer à signer)
 
Le gestionnaire
alors
 
Madame B
(?) cette somme-là
 
Le gestionnaire
c’est le maximum légal.
 
bruits de fond (elle signe vraisemblablement)
 
Voilà. Voyez c’est 7 500 (il doit lui montrer le montant du chèque). C’est pas très cher.
 
le temps s’écoule (elle signe).
Vous savez en ce moment il faut qu’on ait des amis.
 
le temps s’écoule
 
Bon ça c’est euh Valérie Pécresse.
 
le temps s’écoule. On entend semble-il des pages tourner.
 
Ca c’est Valérie Pécresse (plus bas)
 
le temps s’écoule
 
Ca c’est Eric Woerth
 
Madame B
c’est qui ?
 
Le gestionnaire
Eric Woerth, le ministre du budget
 
Madame B
inaudible
 
Le gestionnaire
Voilà. et si vous voulez je pense que c’est bien, c’est pas cher, et ils apprécient.
 
on entend les pages tourner
 
Madame B
On ne peut pas arrêter (?)
 
Le gestionnaire
Voilà. Alors ça c’est fait (plus bas).
 
Madame B
inaudible
 
Le gestionnaire
là c’est
 
Madame B
Nicoals Sarkozy
 
Le gestionnaire
C’est fait, c’est dedans
 
Dans cet enregistrement on ne peut que tomber à la renverse. Le gestionnaire, d’après ce qui est dit ici propose de verser de l’argent à trois personnes, le maximum légal selon lui. Nous sommes le 4 mars 2010. En pleine campagne des régionales. Deux sont candidats : Pécresse et Woerth. Outre le fait qu’il est peu démocratique du fait des avantages de notoriété et des moyens mis à disposition qu’un ministre soit candidat, de plus bafouant la séparation des pouvoirs tout en se moquant des électeurs puisqu’ils ne siègeront pas étant élu sinon il n’assistera pas comme madame Lagarde tout en touchant sa rémunération, il est fort peu moral de financer la campagne d’un ministre qui a une autre fonction que celle de candidat. Le gestionnaire le dit clairement : on a besoin d’amis. On finance donc l’amitié politique. Mais le plus extravagant qu’on ne peut pas laisser passer, et que l’affaire Woerth pourrait étouffer, se résume à quelques questions majeures qui pourraient soulever un scandale maximal sachant que Nicolas Sarkozy n’étant pas candidat n’a donc pas de compte de campagne. Si cet enregistrement dit les faits :
 
Pourquoi a-t-on versé de l’argent à Nicolas Sarkozy ? A quoi correspond ce versement ? Comment légalement a-t-il pu encaisser cette somme ?
 
Nicolas Sarkozy doit s’expliquer au plus vite sur ce cet argent si ce que dit cet enregistrement sans aucune ambiguïté est le reflet de la vérité La presse ne semble pas s’intéresser à ce versement hallucinant et fait comme si dans cet enregistrement seul les deux candidats étaient concernés, candidats qui peuvent légalement toucher des dons, candidats qui cacheraient une forêt. Or Nicolas Sarkozy est cités deux fois directement et une fois dans l’allusion : c’est fait, c’est dedans (il s’agit du versement pour lui).
 
Si on doit demander des explications à Eric Woerth, il me semble que l’on doit en demander aussi à Nicolas Sarkozy et avec la plus grande fermeté et la plus grande persévérance. La barque se charge de jour en jour.
 
Vignette Wikipédia, le Veau d’or, Nicolas Poussin


Affaire Bettencourt  : Mediapart publie de nouveaux extraits sonores (audios)
mardi 29 juin 2010  

Le site d’information en ligne Mediapart a diffusé, lundi 28 juin, de nouveaux extraits sonores des enregistrements effectués par le maître d’hôtel de Liliane Bettencourt concernant un "compte de Suisse", qu’il faudrait, selon Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de l’héritière de L’Oréal, "enlever".

Insistant sur les difficultés qu’a rencontrées le ministre du travail, Eric Woerth, pour justifier l’absence d’enquête des services fiscaux sur Liliane Bettencourt, à l’époque où il était ministre du budget, Mediapart a décidé de "revenir sur les faits – et seulement eux – et, pour donner la pleine mesure des informations contenues dans les écoutes clandestines réalisées chez Liliane Bettencourt par son ancien maître d’hôtel, de diffuser de nouveaux extraits sonores liés à la situation patrimoniale de la propriétaire de L’Oréal et à l’embauche de Florence Woerth auprès de la milliardaire".

Dans l’extrait sonore ci-dessus, on peut entendre M. de Maistre raconter à Mme Bettencourt sa visite en Suisse et sa rencontre avec un certain "maître Schtroumpf", notaire à Vevey, où l’héritière de L’Oréal dispose d’un compte de 65 millions d’euros. "Il faut enlever son compte de Suisse puisqu’il y a une loi qui va permettre à l’administration française de savoir si vous avez de l’argent en Suisse, explique-t-il. Il faut qu’on bouche ce compte. Je suis en train d’organiser le fait de l’envoyer dans un autre pays, qui sera soit Hongkong, Singapour ou en Uruguay."

"ENSUITE, IL VOUS A PRIS 20 MILLIONS EN SUISSE, QU’IL A MIS DANS SA FONDATION"

Dans les autres extraits, on entend M. de Maistre déconseiller à Mme Bettencourt de déclarer l’île d’Arros – dont elle est propriétaire – en France de peur que le "fisc ne tire un fil". "Si vous ramenez l’île, on va tout de suite voir que vous avez un autre compte où vous avez mis 20 millions dans la fondation et on tire le fils, et ça je ne veux pas", explique-t-il.

Dans un enregistrement daté du 7 avril 2010, Patrice de Maistre lâche : "Banier vous a fait mettre Arros dans une fondation pour lui. (...) Pour le moment, c’est insupportable. J’ai vu l’avocat de Banier en Suisse et Banier vous a pris 20 millions pour les mettre dans la nouvelle fondation". Plus loin dans la discussion, il répète : "Il a mis l’île dans une fondation pour lui. (...) Ensuite, il vous a pris 20 millions en Suisse, qu’il a mis dans sa fondation".

Selon Mediapart, le mécanisme apparaît, au fil des enregistrement, de manière limpide : "Liliane Bettencourt a acheté l’île d’Arros qu’elle a ensuite cédée à son protégé, le photographe François-Marie Banier, par le truchement d’un obscur montage financier qui passe par le Liechtenstein".

http://www.lemonde.fr/politique/art...


Bettencourt : pourquoi Eric Woerth ne dit pas la vérité

Les démentis d’Eric Woerth n’y font rien. Le ministre du travail peine à convaincre que Liliane Bettencourt n’a pas bénéficié d’un traitement de faveur du fisc lorsqu’il était ministre du budget. Mediapart publie de nouveaux extraits sonores des enregistrements pirates réalisés chez la milliardaire. Et reprend en détail la chronologie.

Extrait ci-dessous : le 29/10/2009, Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, et ses relations avec Eric Woerth :

Ci-dessous, Patrice de Maistre, le 23 avril 2010, à propos du conflit d’intérêts de Florence Woerth :

http://www.mediapart.fr/journal/france/280610/bettencourt-pourquoi-eric-woerth-ne-dit-pas-la-verite

 

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×