A Paris, des profs recrutés en «job dating»

Jusqu’ici, le recrutement de profs non titulaires via Pôle emploi se faisait discrètement. L’académie de Paris franchit un pas 
en organisant, jeudi, une « journée de recrutement » tout 
à fait officielle.

Une séance de job dating pour embaucher des profs ? C’est le pas franchi par l’académie de Paris qui a annoncé l’organisation, jeudi prochain, en partenariat avec Pôle emploi, d’une « journée de recrutement d’enseignants non titulaires ». Le but est de constituer, pour la prochaine année scolaire, un vivier de remplaçants corvéables à merci.

L’embauche de vacataires ou de contractuels à l’éducation nationale est devenue courante ces dernières années. Notamment pour pallier le manque de profs remplaçants titulaires, décimés par les suppressions de postes. Mais jusqu’ici, la pratique, dénoncée par les syndicats, était discrète, s’exerçant via des annonces à Pôle emploi ou sur des sites Internet. Cette fois, l’académie de Paris passe la vitesse supérieure.

Les candidats, amenés à être recrutés pour l’année scolaire 2011-2012, doivent postuler dans un premier temps sur le site Internet de Pôle emploi. Ensuite, les présélectionnés devront se présenter le 26 mai, entre 10 heures et 16 heures, au centre d’information et d’orientation Mediacom (14e arrondissement), avec curriculum vitae, lettre de motivation, original et photocopie de leur diplôme.

Les postes à pourvoir concernent 25 disciplines : électrotechnique, économie, gestion, génie thermique, techniques hospitalières, puériculture, langues étrangères, éducation physique et sportive, philosophie, biotechnologie, mathématiques, musique, sciences de la vie et de la terre…

« Ce n’est pas la première fois qu’on recrute avec Pôle emploi, mais c’est la première fois que nous organisons une telle journée », explique-t-on à l’académie de Paris. Ce faisant, elle s’inscrit dans la volonté du ministère qui prône désormais, tout à fait officiellement, ce type de recrutement à la va-vite afin « d’introduire de la souplesse » dans le système de remplacement.

Interrogé en avril sur le fait que des parents d’élèves avaient passé une petite annonce pour trouver un prof remplaçant, Luc Chatel avait rétorqué que ce « n’est pas le rôle des parents de passer des annonces de recrutement », mais qu’en revanche il avait demandé « aux proviseurs qu’ils le fassent et qu’ils se mettent en contact avec Pôle emploi ». Le ministère avait alors expliqué que « cette pratique existait ponctuellement » et que « maintenant, ce recrutement complémentaire faisait partie officiellement de l’arsenal des mesures dont disposent les chefs d’établissement pour améliorer l’efficacité du remplacement ». Comprendre par « efficacité », le fait de mettre un adulte devant les élèves. Car pour le reste, à savoir la qualification et l’expérience, les rectorats se contentent d’exiger un niveau licence (bac+3).

Laurent Mouloud /

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×