La Mafia Albanaise

                    

Tous les pays ont un "milieu" criminel. Peu nombreux sont cependant ceux qui ont suscité une authentique mafia, une société secrète permanente dotée de rites d'initiation, d'une loi du silence et pratiquant un recrutement clanique. La Cosa Nostra Sicilienne, les triades chinoises et les Yakuza japonais sont célèbres, mais on connaît mal en revanche la mafia albanaise, telle qu'elle opère dans ses fiefs d'Albanie, de Macédoine et du Kosovo, partout en Europe - et même en Amérique du nord. La drogue, la contrebande, l'émigration illégale, la traite des femmes - en un mot tout le répertoire des activités criminelles - sont parmi les rares industries à connaître un essor spectaculaire dans les Balkans. La mafia albanaise , crainte pour sa férocité, ses vengeances implacables, va même jusqu'à inspirer un grand respect aux puissantes familles mafieuses de Sicile. " Drogue, prostitution, cigarettes, trafic d'armes : la pègre est partout ", se lamente l'ancien chef de la police de Vlora (Albanie). " La mafia contrôle à peu près un tiers de l'économie, ajoute un spécialiste de la Banque mondiale. Elle sera la grande gagnante de la crise "

Structure

Les mafieux Albanais sont soumis à un " code d'honneur ", le Canon du 15ème siècle (ou Kanun)écrit par Leke Dukagjini. En plus du mariage, de la famille et de la propriété, il y est question d'honneur : il est impossible de revenir sur une parole donnée. Ce Canon a régi la vie quotidienne des clans du Nord et de l'Est du pays jusqu'au 20ème siècle et a codifié la pratique de la vendetta. Lors de la chute du communisme en 1990, les criminels dont la vie et les pratiques avaient peu changé depuis la Guerre Froide se sont convertis aux méthodes modernes. Ils ont traversé les frontières au début des années '90 et le mouvement migratoire s'est poursuivi même après la guerre du Kosovo. Ils ont commencé à travailler comme assistants dans des réseaux de trafic de drogue déjà existants dirigés par des Turcs et des Kurdes. D'après la police, ils sont rapidement parvenus à se tailler une place et faire valoir leurs " droits ". Les clans du crime albanais sont organisés selon les anciennes règles de la vie rurale. Le chef de chaque clan reçoit l'allégeance d'un groupe de vassaux qui ont souvent des liens de sang avec lui. Ils se réunissent en comité, nommé " Bajrak ", où l'on discute de nouvelles entreprises. Par exemple, la somme nécessaire à l'ouverture d'une maison close à Soho sera fournie par les membres du comité et une partie des profits sera expédiée aux proches restés au pays. 

                

La loi du silence est inviolable. Les Albanais ont quatre atouts dans leur manche : comme toute mafia florissante, ils bénéficient d'un lieu sûr dans leur patrie et d'une large diaspora ; leur pays se situe au carrefour des plus importantes voies du trafic de drogue ; leurs contacts avec l'Armée de Libération du Kosovo leur ont permis de se fournir en armes et, enfin, ils sont résolus à employer une violence extrême.

Activités

La Mafia Albanaise contrôle plus de 70 % du marché de l'héroïne en Suisse, en Autriche, en Allemagne et dans les pays scandinaves, des milliers de prostituées "travaillant" dans des conditions horribles, de l'Italie à la Suède, des dizaines de commandos de cambrioleurs ultra-professionnels, formés d'anciens militaires ou policiers. En Angleterre, des Albanais, qu'ils soient originaires d'Albanie ou du Kosovo, sont soupçonnés par Scotland Yard de chantage, de possession d'armes et de vols qualifiés. (1) En fait, la Mafia Albanaise sévit dans six principaux secteurs d'activités : la drogue (principalement l'héroïne, dont l'acheminement passe par la " route des Balkans ", à partir de la Turquie) ; la contrebande, qui a connu un essor considérable grâce à l'embargo contre la Yougoslavie depuis près de huit ans (principalement le trafic de cigarettes); la prostitution (les mineures sont enlevées dans les camps de réfugiés kossovars par leur compatriotes, en Albanie ou bien récupérées de force une fois acheminées clandestinement en Europe de l'Ouest), le trafic d'armes (stocks pillés durant l'insurrection de Tirana en 1997, approvisionnement en Allemagne de l'Est ou encore auprès des mafias russe et italiennes implantées en Suisse, en Belgique et en Italie) ; le racket (principalement au détriment des réfugiés kossovars et des diasporas albanaises de l'Ouest ; enfin, l'acheminement d'immigrants vers l'Union européenne.


Prostitution

Les Albanais dirigeraient la traite des femmes pour toute la Grande-Bretagne à destination du marché de la prostitution. Scotland Yard, le service de police britannique, estime que les gangs albanais contrôlent près de 75 % de la prostitution à Soho, à Londres. Les personnes impliquées dans ces réseaux sont pour la plupart des femmes et des enfants victimes de formes modernes d'esclavage, enlevées et manipulées par leurs patrons. À leur arrivée à Soho, les Albanais ont fait main basse sur le réseau de prostitution sans crier gare. Rien que pour Soho, chaque année, plus de 18 M€ , fruits de l'exploitation de près de mille prostituées, retournent en Albanie .

                      

Les grandes villes d'Europe occidentale sont les premières destinations du trafic de femmes, car ces villes constituent les places principales de l'industrie du sexe. Les femmes arrivent du monde entier, même si un grand nombre proviennent des pays d'Europe de l'Est " : voilà comment Interpol résume sobrement le boom du " business " de la prostitution sur le Vieux Continent. Depuis les années 90, l'arrivée de prostituées de la République tchèque, de Bulgarie ou d'Albanie n'a cessé d'augmenter. Selon l'Organisation internationale pour les migrations, 300 000 femmes venues de l'Est se prostituent en Europe occidentale. En France, où il y aurait entre 15 000 et 18 000 prostituées, les femmes venues des pays de l'Est en représentent environ un quart. Ces nouveaux réseaux de prostitution, notamment ceux contrôlés par la mafia albanaise, sont d'une violence inouïe. Les rares prostituées qui osent parler décrivent une nouvelle forme d'esclavage, en plein coeur de l'Europe.

" Des femmes achetées et violées collectivement dans des camps "

" Les réseaux de prostitution albanais constituent la forme de "voyoucratie" la plus primaire. Il existe des camps de soumission, où les femmes sont achetées et violées collectivement avant d'être acheminées vers les grandes villes européennes "

A Bruxelles, la moitié des prostituées seraient de nationalité albanaise. Pour la justice belge les " centres de formation " sont situés en Albanie : les jeunes femmes y sont vendues pour aller " travailler " à Londres, Hambourg ou Paris. " Selon leur beauté, leurs dons pour les langues étrangères et leurs aptitudes professionnelles, leur prix de vente à la fin 1999 allait de 10 000 à 15 000 francs ". A Milan, il existerait un véritable " marché aux femmes ", où les différents réseaux passent commande. Une fois en activité en Europe de l'Ouest, les prostituées sont soumises à une forte pression de la part de leurs proxénètes. Au Kosovo les maisons closes ont " poussé comme des champignons " avec l'afflux des 50 000 soldats de la KFOR, des employés de la Mission des Nations unies au Kosovo (MNUK) et des personnels des organisations non gouvernementales. Originaires surtout de Moldavie, d'Ukraine, de Roumanie et de Bulgarie, les femmes sont vendues aux enchères entre 1 000 et 2 500 dollars (de 1 084 à 2 709 euros) aux proxénètes kosovars

                       

Stupéfiants

Si pour Scotland Yard, c'est l'argent de la drogue qui a permis à la mafia Albanaise de prendre le contrôle de la prostitution à Soho, d'autres observateurs estiment généralement qu'elle s'est spécialisée au début dans la prostitution pour pouvoir investir ses gains dans le trafic de drogue.  Le criminologue Xavier Raufer estime que le Kosovo est devenu le paradis des trafiquants de drogue. Il accuse l'OTAN d'avoir ouvert la boîte de Pandore en toute connaissance de cause.  " Pour lui, La guerre du Kosovo a déclenché un cataclysme criminel énorme "

En l'année 2000, les spécialistes Italiens de la lutte antimafia traquaient les liens financiers entre les trafiquants de drogue proches d'Al Quaïda et les caïds siciliens ; ils affirmaient qu'une fois la cargaison d'héroïne arrivée en Italie " c'est la mafia albanaise alliée avec la Cosa Nostra sicilienne qui se chargeait d'alimenter les marchés européens et américains "

Concernant la drogue dure, les clans Albano-kossovars semblent avoir acquis une position dominante, parfois monopolistique, dans le trafic international d'héroïne, celui de la cocaïne étant partagé avec les " leaders " mondiaux que sont les " Cartels " mexicains et surtout colombiens. Depuis le début des années 90, en effet, le système criminel en vigueur en Italie et en Europe de l'Ouest a considérablement évolué. Les Turcs ont conservé le monopole du marché en gros de l'héroïne, mais ont cédé aux Albanais, principalement kossovars, le contrôle de l'acheminement vers l'Ouest. Cette nouvelle configuration nécessite des centres de stockage, situés principalement en Hongrie, mais également en République Tchèque et en Bulgarie, principales plaques tournantes de la mafia albanaise à l'Est. D'après un rapport d'Interpol daté de novembre 1997, "les Albanais du Kosovo détiennent la plus grande part du marché de d'héroïne en Suisse, en Autriche, en Allemagne, en Hongrie, en Tchéquie, en Norvège, en Suède, en Pologne et en Belgique ", et ils représenteraient à eux seul près de 15 % des arrestations d'Interpol pour le trafic de drogue. En avril 1999, les brigades anti-mafia de Bulgarie signalaient une véritable explosion du trafic d'héroïne depuis le début de la guerre du Kossovo. Les policiers des stups et les experts d'Interpol sont-ils impresionnés des quantités phénoménales de drogue saisies auprès des réseaux albanais. Pour Xavier Raufer, c'est bien " la preuve que la mafia albano-kossovare joue désormais un rôle central dans le narco-trafic européen et que la guerre du Kossovo a bel et bien déclenché un cataclysme criminel énorme dont les Balkans souffrent déjà et dont l'Europe, occidentale comme orientale, ressent maintenant les premiers effet ".
La Suisse, qui accueille environ 200 000 réfugiés albanais (deuxième communauté immigrée du pays), est l'une des principales plaques tournantes du trafic de drogues et d'armes vers l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie et la République tchèque, où la police soupçonne les nombreux vendeurs et fabriquants albanais de bijoux en or de procéder au blanchiment de l'argent du trafic. Le 10 décembre 1998, le quotidien londonien The Independant révélait que les mafieux albanais contrôlaient 70 % du marché suisse de l'héroïne. Ce sont d'ailleurs près de 2000 Albanais du Kossovo qui croupissent actuellement dans les geôles helvétiques pour trafic de stupéfiants. La Scandinavie est devenue une zone de refuge pour les criminels albanais. Plusieurs trafics de drogue dirigés par de jeunes Kossovars ont été démantelés au cours de l'année 1999. Arrêté le 23 février 1999 par la police tchèque, le " parrain " kossovar Princ Dobroshi avouera, selon un rapport du BIS (service de sécurité tchèque) publié le 12 mars dans les journaux praguois, que " le trafic servait à financer des achats d'armes. livrées à l'Armée de Libération du Kossovo ".
De fait, d'après un Rapport de 24 pages des services de renseignement de l'Otan révélé par le Washington Times du 5 juin 1999, les liens entre la mafia albano-kossovare, l'UCK et l'actuel boom de l'héroïne en Occident ne fait plus aucun doute. D'après ce rapport, " de nombreux membres de l'UCK sont plus ou moins impliqués dans le marché juteux de l'héroïne. La route des Balkans générerait plusieurs dizaines de millions de dollars par an "

Un roman qui parle de tout ça... :

     Lien roman http://www.xavier-raufer.com/ouvrages_13.php


Article à venir : "la condition de la femme en Albanie"...

Merci pour votre patience et votre courage pour avoir lu cet article jusqu'au bout ; vous avez bien mérité un petit divertissement, pour vous changer les idées !! Clin d'oeil http://www.e-monsite.com/forget/rubrique-1092570.html

 

 

 

28 votes. Moyenne 3.21 sur 5.

Commentaires (9)

Un albanais...
  • 1. Un albanais... | 11/11/2007
sans mots
moi
  • 2. moi | 16/02/2009
2eme albano-ks
un autre Albanais
  • 3. un autre Albanais | 18/04/2009
Longe vie aux Albanais ! Qu'ec tu veux, ils ont pas tous la chance de naitre en France...
bekim
  • 4. bekim | 27/05/2009
on si peux?dans le monde mais si on étais un peuple comme les turque vous imaginé ce que on aurait fait??avec une population si peux on domine...
100%
  • 5. 100% | 03/12/2009
honte à vous bande d' ignorants c'est vos soeurs qui se font prostitués.
marlon
  • 6. marlon | 22/12/2010
Je le savais la mafia albanaise est al plus puissante et d'ailleurs ils sont ici dans mon quartier !
Kaltrina L'Albanaise
  • 7. Kaltrina L'Albanaise | 26/12/2010
On est puissant !
bande de fou
  • 8. bande de fou | 29/12/2010
il vous manke vraiment une casse our laissé faire des truc pareil.honteux
dalipi
honte a vous.vous vs sentez puissant avec tt sa.alors qe le monde entier sait ce que on est.bon la ger ect mais prostituez vos filles vos soeures c est une fierte sa et ben moi j ai hante.voila ce qe les albanais represente pour l europe des degenere et dans l autre cote ils disent on vieux des filles bien ect on ets bien l honeur chez nous c est important ect ect et dans l autre prostitues les filles ULNI KOKEN DHE KEPUSNI QAFEN BOLL ME MBURJE.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10/01/2012

×