Une policière se suicide en mettant en cause ses conditions de travail

Les syndicats dénoncent un «manque de compassion de la hiérarchie locale» évoquant le «management moyenâgeux de petits mandarins locaux».

 La direction générale de la police nationale (DGPN) devait ouvrir une enquête administrative sur "la gestion du commissariat de Cagnes-sur-Mer" (Alpes-Maritimes), après le suicide d'une policière rattaché à ce site, affirme le syndicat de police Alliance.

Lundi, vers 8h30, une policière de 39 ans s'est tuée avec son arme de service à bord d'un véhicule de la police, en laissant une lettre dans laquelle elle met en cause ses conditions de travail.

Selon le procureur de la République de Grasse, Jean-Michel Cailliau, la policière "a laissé une lettre un peu amère, dans laquelle elle évoque les réformes en cours, qui compliquent la tâche au quotidien des fonctionnaires de police", citant notamment la réforme de la garde à vue.

«Management moyenâgeux»

Selon M. Cailliau, la fonctionnaire était "très impliquée dans son travail, très bien considérée dans ses missions". "La nouvelle a surpris tout le monde, avait-il souligné. Jamais elle ne s'était plainte de quoi que ce soit".

Le syndicat Alliance "refuse que ce drame humain lié aux conditions de travail passe par perte et profit et vienne s'ajouter à un énième suicide dans nos rang (...) L'Administration doit se poser les vraies questions".

Alliance dénonce également un "manque de compassion de la hiérarchie locale qui n'a qu'une préoccupation: les bonnes statistiques du commissariat", évoquant le "management moyenâgeux de petits mandarins locaux".

"Ce n'est pas la première fois que nous signalons les méthodes de management peu orthodoxes du commissaire de Cagnes", a renchéri M. Martin de Frémont, délégué Alpes-Maritimes du syndicat Unité-SGP police FO en précisant que la policière venait de changer d'unité "contre sa volonté".

Risque de suicide supérieur dans la police

Dénonçant "une politique des chiffres" qui "coupe la police de la population", le responsable d'Unité Police-SGP-FP a indiqué que 60 policiers se suicidaient par an en France.

Une enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Grasse, la jeune femme ayant semble-t-il pris la peine de commettre son geste hors zone police, selon M. Cailliau.

Les suicides de policiers directement liés à des conditions de travail sont très rares selon les quelques études effectuées à ce sujet. Selon la dernière en date, celle de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), le risque de suicide dans la police est supérieur de 36% à celui du reste de la population.

Source :

3 votes. Moyenne 4.33 sur 5.

Commentaires (1)

Erotica51

Bonjour à tous !
Un petit mot pour confirmer qu'en effet, dans de nombreuses administrations, regne un climat plus que malsain, dirigées par de petits sous chef-haillons, à la solde de leur hiérarchie. Observez avec attention combien sourit aujourd'hui ? On ne lit qu'un enorme epuisement moral sur les traits de ceux qui bossent vraiment. La pommade dans le dos des superieurs est de rigueur! Malheur à celui ou celle qui n'est pas de son avis ! Tres vite, elle deviendra la bete noire à abattre ! Pour certains le harcelement va tres vite et les gens demissionnent. Pour d'autres, ils tentent de resister mais au prix de leur santé qui va vite se degrader. Bien qu'informé le Medecin du travail ferme les yeux. Le medecin conseil de la Securité sociale aussi ! J'ai résisté comme beaucoup puis suis tombée gravement malade. L'ANPE est une amchine à broyer les gens, à casser les personnalités fortes ! Aujourd'hui, je constate amèrement que les plus anciens (nes) sont parties, qu'il ne reste dans cette etablissement fusionné au mepris des lois (administration + association tenue par le Patronnat) un gachis monumental ! Quand aux syndicats, ils ferment les yeux obstinément, laissant faire leur travail par les autres deja surchargés, sous pretexte qu'ils ont des reunions ! Que sont devenus mes collegues ? Jacques ? mort d'un cancer! Martine (Morte d'un cancer! Françoise (atteinte d'un cancer de la gorge et de la langue) J.Emmanuel (mort du'n anevrisme) etc...Le stress infligé dans cette aministration tue impunement ! Mais combien reagissent ? Combien oseront denoncer ce qui se passe vraiment dans cette administration ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×