Le FBI veut un accès aux données personnelles de Google et Facebook

Le directeur du FBI aurait plaidé pour une coopération avec les services en ligne pour obtenir un accès privilégié aux informations personnelles des internautes, rapporte le New York Times.

Dans les locaux du FBI, à Washington (AFP)   Le directeur du FBI s'est rendu mardi dans la Silicon Valley pour y rencontrer plusieurs dirigeants de services en ligne, dont Google et Facebook, afin de négocier un accès privilégié aux informations personnelles qu'ils hébergent, croit savoir le New York Times, mardi 16 novembre.

Facebook a confirmé cette visite au quotidien américain, sans plus de détails. Google n'a fait aucun commentaire.

Le directeur du FBI, Robert Muller, aurait plaidé pour une coopération entre ses bureaux et les services en ligne, afin d'étendre aux communications sur Internet la loi de 1994 qui définit le cadre légal des écoutes aux Etats-Unis.

En septembre dernier, les autorités américaines ont présenté un projet de loi obligeant les éditeurs Internet à garantir la possibilité d'une interception électronique des communications. Dans le cas de données cryptées, les entreprises auraient à concevoir une méthode de déchiffrement destinée aux autorités.

(Nouvelobs.com)

Qu'en pensez-vous ? Venez en débattre  

 

Les écoutes téléphoniques bientôt étendues aux conversations sur Internet?

Un amendement pour le projet de loi Loppsi 2 envisage d'autoriser "l'interception des données vocales via Internet", visant ainsi les logiciels de Voix sur IP (VoIP).

Image extraite du film "13 rue Madeleine" (1946) (AFP)

Un amendement déposé par un député UMP envisage d'élargir le champ des écoutes téléphoniques à toutes les conversations vocales sur Internet, dites de Voix sur IP (VoIP), rapporte Numerama et PC Inpact, jeudi 18 novembre.

L'amendement déposé par le député des Bouches-du-Rhône Dominique Tian s'inscrit dans le cadre de l'examen de la loi Loppsi 2, dont l'examen en deuxième lecture interviendra à l'Assemblée nationale dès le 23 novembre.

L'amendement propose ainsi de modifier l'article 23 du projet de loi afin d'autoriser "l'interception des données vocales via Internet". "Les services habilités pour les interceptions informatiques étant les mêmes que celles habilitées pour les sonorisations", précise Dominique Tian, dans son explication de texte.

Au-delà des écoutes des conversations en VoIP, le projet de loi Loppsi 2 envisage l'installation de logiciels mouchards qui enregistreraient toutes les frappes au clavier et feraient des captures d'écrans de l'ordinateur, le tout à l'insu de l'utilisateur. Ces mouchards pourraient être installés à distance par la police sur un ordinateur, un téléphone portable, ou autre appareil connecté à Internet.

Une telle surveillance ne sera mise en place que dans le cadre de certains crimes et délits graves (bande organisée, séquestration, etc.).

(Nouvelobs.com)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×