Le Nigeria, un pays pauvre mais riche

Le Nigeria résume bien les paradoxes de cette nouvelle Afrique en marche, où l’ancrage dans une modernité mondialisée cohabite, parfois violemment, avec des traditions qui se vivent encore au quotidien. Ce dualisme est pourtant une source d’inspiration permanente pour le cinéma nigérian dont l’explosion créative contraste avec le rigorisme des extrémistes religieux. Le Dessous des Cartes tente de décrypter ce pays riche avec une population pauvre.

Le Nigeria et ses voisins

Le Nigeria est en Afrique de l’Ouest. Il ouvre sur le golfe de Guinée et il a pour voisins le Bénin, le Niger, le Tchad et le Cameroun.

Le Nigeria, une mosaïque ethnique

La capitale du Nigeria est Abuja. C’est un pays d’une superficie d’environ 924 000 km2, soit autant que la France et l’Allemagne réunies. Il compte par ailleurs 167 millions d’habitants. On trouve plus de 250 groupes ethniques dans le pays, dont les trois principaux sont, au nord, les Haoussa-Peuls, au sud-ouest, les Yorubas, et, au sud-est, les Ibos.

L’indépendance du Nigeria et la guerre du Biafra

Le Nigeria est devenu indépendant du Royaume-Uni en 1960. La Fédération nigériane est alors divisée en trois régions, chacune dominée par une des trois grandes ethnies. Le partage du pouvoir entre ces trois groupes déclenche des tensions qui conduisent, en 1967, à la sécession de la République du Biafra, peuplée à majorité d’Ibos. S’ensuivent trois années d'une guerre civile qui fera plus d’un million de morts, s’achevant par la réintégration des Ibos dans la fédération. Afin d’assurer une meilleure répartition du pouvoir politique, les États fédérés sont aujourd’hui au nombre de trente-six.

Le Nigeria, un pays agricole

Le Nigeria est avant tout un pays agricole : 47 % de sa population travaillent dans ce secteur. Le pays est le premier pays producteur au monde de manioc et d’igname. Il produit également du cacao et de l’hévéa destinés à l’exportation.Il y a un demi-siècle, le pays était même le grenier à céréales d’Afrique de l’Ouest. Mais aujourd’hui le pays est devenu importateur, du fait de décennies de sous-investissement dans le secteur primaire. Le secteur énergétique a été privilégié aux dépends de l’agriculture.

Les hydrocarbures nigérians

Les gisements d’hydrocarbures sont situés majoritairement dans le delta du Niger et, en offshore, dans le golfe de Guinée. Le Nigeria détient les premières réserves de gaz du continent. Il est, en 2011, le premier producteur africain de pétrole avec 2,5 millions de barils par jour, ce qui le place au douzième rang mondial. Mais le pays est fortement dépendant de ses ressources pétrolières. En 2010, le pétrole représente 90 % des exportations nigérianes et 70 % des revenus de l’État fédéral. 

L’industrie cinématographique nigériane : Nollywood

L’influence régionale du Nigeria est cependant sans égale dans un domaine où on ne l’attend pas : il s’agit de l’industrie cinématographique. Né il y a vingt ans, Nollywood est aujourd’hui devenu le deuxième producteur de films au monde, derrière Bollywood et devant Hollywood. Les films se diffusent à travers tout le pays et dominent également le marché africain, permettant la création d’une identité panafricaine.

Un territoire d’inégalités

Au Nigeria, 70 % de la population, soit plus de 100 millions de personnes, vivent avec moins de 1,25 $ par jour. Un tiers de la population est analphabète, et le taux de scolarisation dans le secondaire est d'à peine 45 %. Moins de 10 % des jeunes nigérians accèdent à l’université. Les disparités régionales sont très fortes avec un Sud relativement prospère, éduqué et bien soigné, et un Nord beaucoup plus pauvre, où les carences éducatives et sanitaires sont patentes.

Les tensions : le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger

La prospérité de l’industrie pétrolière n’a pas amélioré les conditions de vie des populations locales. Elle a favorisé la corruption, le clientélisme et la destruction des emplois dans les secteurs de la pêche et de l’agriculture du fait de la pollution. La région de l’Ogoniland est particulièrement touchée. En réponse à ces carences, le MEND (Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger) a commencé au milieu des années 2000 une série d’attaques contre les installations pétrolières des compagnies opérant dans le delta. Ce mouvement veut une meilleure répartition des revenus pétroliers, afin que ceux-ci puissent bénéficier aux populations.

Les tensions religieuses

La population nigériane se partage entre chrétiens au sud et musulmans au nord, qui se retrouvent en contact dans une zone appelée la "middle belt", au centre du pays. La cohabitation entre les deux religions n’est pas facile. En 1999, douze États du Nord, qui appliquent la charia, ont décidé d’étendre son domaine d’application vers le droit pénal, mais avec divers degrés de fermeté selon les États. En réponse à cela, est fondé en 2002 Boko Haram, une secte militant pour une application égalitaire et stricte de la charia et pour une moralisation de la vie politique nigériane. 

Le défi démographique

Aujourd’hui, 43 % de la population ont moins de 15 ans. Cette population vit pour moitié dans les villes et les métropoles nigérianes. Cela pose de graves problèmes d’infrastructures, en particulier à Lagos qui comptait 300 000 habitants en 1950, en compte 11 millions aujourd’hui et en comptera 19 millions dans quinze ans. Le pays a aujourd’hui 167 millions d’habitants. On estime que dans quarante ans sa population atteindra 400 millions d’habitants. Ce sera le quatrième pays le plus peuplé au monde, après l’Inde, la Chine et les États-Unis. 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 16/08/2013

×