L'enfant géopolitique de Dali

"Si le communisme ne devait pas conduire à la création d'un homme nouveau, il n'aurait aucun sens." : Ernesto Che Guevara


La difficile naissance de l'homme nouveau

C'était ainsi que l'on illustrait l'accouchement difficile d'un homme nouveau, lors de la révélation en 2009 pour le grand public de l'existence d'un risque systémique sur l'économie mondiale. Par là, on voulait signifier qu'il n'y avait plus d'autre possibilité pour l'humanité que de sortir d'un ancien monde en décomposition en train de se craqueler de toute part. C'était donc une naissance très difficile comme le laissait présager cette illustration, avec d'incroyables contorsions et efforts pour de bien faibles résultats. Cette Terre nourricière ressemble à un œuf dur autrement dit à un œuf déjà cuit qui emprisonne l'homme dans une gangue matricielle.

Cette photo évocatrice est une référence au célèbre tableau tableau de Salvador Dali intitulé "Enfant géopolitique observant la naissance de l'Homme nouveau" (1943). (huile sur toile 46 x 52 cm - 1943)

"Globe terrestre mou et visqueux contenant un être vivant. La géopolitique est, d'après moi, L'Œuf cuit dur de la géodésique" Cette citation de Salvador Dali interpelle et éclaire les multiples lecture du tableau.

Interprétation par André Bouguénec :

La géodésie est la science qui a pour but de mesurer la surface de la Terre. La géopolitique est l'art de gouverner les états de la Terre. En disant que la géopolitique est L'Œuf cuit dur de la géodésique, Dali signifie par là que la politique est pondue par le fait même de l'emplacement de ces états sur la surface de la Terre, de leurs formes et superficies également. La politique est L'Œuf dur, parce qu'elle semble inéluctable des conditions précitées, elle est cuite, c'est-à-dire figée et morte, sans espoir d'éclosion et d'épanouissement d'un grand Corps, d'un grand Ensemble. Un œuf cuit n'a pas de possibilité de vie.
Le drame de la Terre, ce sont ses politiques de situations, de stratégies, et cela est évident Et il est aussi évident que le renouvellement de nos erreurs politiques nous mène à rien, sinon au néant, à l'anéantissement de cette Terre même qui est notre Matière, notre Mater, notre Matrice, notre placenta. A condition, évidemment que cet œuf matriciel ne soit pas mort, cuit, pollué, inapte, (aussi bien la terre que l'homme) mais vivant et pur, et "naturellement" "couvé" par l'homme.

(...)

La réponse est dans ce Sang qui sort de cet œuf, il est le symbole de la Vie, car en effet, il n'existe Universellement, sous toutes formes : que de la Vie en transformation, en métamorphoses. L'Œuf est une reconduction génétique perpétuelle, et se trompent ceux qui pensent que la Genèse a eu lieu, car elle est permanente de régénération perpétuelle. Et Dali l'explicite fort bien. L'enfant géopolitique, né de la dégénérescence des sources déformées et amaigries des faux esprits, regarde le Nouvel Homme sortir adulte du sein du Monde. Apeuré, il s'accroche encore aux vieux préjugés de ses ancêtres : sa mère vieille et décharnée. Un nouveau Jour pointe, le soleil est à l'Aurore d'une nouvelle ère et éclaire ce lever humain qui, laborieusement, se déloge du contenant où il germa.

Que dit la femme à l'enfant, en lui désignant d'un air plein d'amertume ce nouvel homme?
A chacun d'en deviner la leçon. Pourtant cette ouvre fut peinte en 1943. Non seulement la femme, qui représente la fausse maturité du vieux monde, désigne l'Homme nouveau, mais aussi le continent de l'Amérique du Nord, par où il sort. Hasard chez Dali, ou prophétie, qui sait les drames que subissent les américains actuellement vont-ils leur ouvrir les yeux sur un "nouveau monde" dont ils croyaient être issus et les pionniers, jadis ?

 

Ce tableau date de 1943 et pourtant il annonce très clairement que si l’humanité veut se perpétrer elle doit absolument renaitre pour accéder à un nouveau stade de son évolution. Ce sont alors les douleurs de la naissance comparables à celui de l’Homme nouveau du tableau de Dali qui l'attendent. Une naissance difficile pour un homme nouveau libéré de l’avidité, de la malveillance de l’Homme ancien et de son engagement dans une géopolitique de domination des autres pays, de contrôle des ressources naturelles, de rivalités, de conflits perpétuels. Utopie ou thème prophétique, ce qui est annoncé est tout simplement l’Homme nouveau purifié de l’égoïsme du passé, du désir de conquête et du manque d’empathie. Si cette nouvelle humanité arrive à naître, ce sera celle où l’harmonie et la collaboration prédominent sur les intérêts particuliers. Il est vrai que cette humanité n’est pas encore née.

Comment garder un souvenir de cette problématique naissance ? Nous avons comme choix, la reproduction du tableau ou la figurine. On peut reconnaitre dans la première photo comme entête au texte, une figurine faisant 5 cm de hauteur, mais il en existe une plus grande de 12 cm de hauteur, bien plus détaillée accompagnée de l'enfant et de sa mère. Peut être serai-je tenté de faire un achat artistique comme j'ai pu l'être avec la recherche du rhinocéros cosmique. Je n'oublie pas que si l'Homme nouveau ne parvient pas à s'extraire prochainement, il finira par s'asphyxier et mourir dans l'œuf.  Moralité, il vaut mieux l'aider à naître que l'observer se démener sans rien faire.

"Enfant géopolitique observant la naissance de l'homme nouveau (1943). Tandis que le monde est en feu, Dalí peint la naissance d'un nouvel être humain. Angoissant, cherchant la protection maternelle, un enfant regarde comment un homme se débat pour se libérer d'un œuf plastique dont dégoulinent les continents. Nous sommes ici confrontés au symbole d'un ordre nouveau, d'un nouveau départ pour un nouveau monde parfait. La peinture est un plaidoyer pour une libération radicale de l'étreinte étouffante du passé. Dans les premières phrases de son manifeste publié quelques années auparavant, Dalí disait : « Lorsqu'un peuple, dans le courant d'une histoire culturelle, ressent le besoin de couper les liens intellectuels qui le retiennent aux systèmes logiques du passé pour se procurer une mythologie indépendante – une mythologie parfaitement adaptée à l'existence et à l'expression totale de sa réalité biologique et reconnue par l'élite intellectuelle d'autres peuples – l'opinion publique de la société pragmatique exige, tenant compte de sa propre systématique, que les motifs de cette rupture avec les formules traditionnelles obsolètes soient clarifiés. »"

Source : http://mel.vadeker.net/arts/enfant_geopolitique/enfant_geopolitique.html


Che Guevara pronnait la naissance d'un homme nouveau qui fonderait un monde nouveau ; on peut remarquer sur l'oeuvre de Dali que ce fameux homme nouveau essaie de percer de l'amérique du nord, ce qui pourrait laisser penser que "l'espoir" viendrait de ce nouveau pays, si impérialiste ; alors que le Che essayait de le faire du sud, sur des bases socialistes. Les deux ont perdu : l'homme ne semble être doué, pour le "nouveau", bien plus dans la technologie que dans la pensée humaniste ...

Je vous invite tout de même, si vous avez le temps, et que vous lisez l'espagnol couramment, à acheter le livre ci-contre ; sinon, vous pouvez cliquer sur ce lien, pour accéder à un article de presse de Guevara, sur le même sujet, et qui en fait résume assez bien les 420 pages du livre (en V.O, puis en V.F Sourire) : Le Socialisme et l'Homme à Cuba

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10/12/2012

×