Tourisme culturel « Guevara »

 Ernesto Che Guevara est un peu plus que l’un des guérilleros les plus célèbres du 20ème siècle. Il est un peu plus qu’un Argentin universel. Il est un symbole pour toute l’Amérique Latine, qu’il a parcourue durant ses voyages successifs. Au fait de ce potentiel symbolique, les gouvernements des pays les plus importants de sa biographie – son Argentine natale, Cuba qui a embrassé sa révolution et la Bolivie où il a trouvé la mort – veulent unir leurs efforts pour rattacher les routes touristiques qui reproduisent les mouvements du guérillero.

L’Argentine a présenté lors de la Foire Internationale du Tourisme à Cuba un nouveau circuit touristique qui vous conduira sur les traces du Che Guevara.
Le circuit touristique qu’a présenté Juan Martin Guevara nous propose de découvrir différents sites où le Che a vécu, grandi, étudié ou visité lors de sa traversée de l’Amérique Latine.
Cela fait longtemps que la Bolivie et l’Argentine ont tracé des routes touristiques autour de la figure mythique du Che. Le nouveau circuit argentin « Les Chemins du Che » parcourt les provinces de Cordoba, Misiones, Santa Fe et Neuquen, quelques unes des étapes les plus importantes de la biographie du jeune Guevara, en passant par des centres comme Le Musée Hogar Misionero du Che à Misiones ou le Musée La Pastera à San Martin de los Andes. On va maintenant travailler à la liaison de ce circuit avec la « Route du Che » bolivienne, qui parcourt 800 kilomètres et traverse les montagnes du sud-est bolivien où Guevara et ses hommes de l’Armée de Libération Nationale luttèrent entre mars et octobre 1967. Le parcours s’achève à La Higuera, où le Commandant fut fait prisonnier et à Vallegrande, où son cadavre fut exposé et enterré dans une fosse commune jusqu’à ce qu’en 1997, les corps fussent récupérés et transférés à Cuba.
L’itinéraire touristique en Bolivie retrace le parcours du Che dans la jungle jusqu’à La Higuera, la localité où il a trouvé la mort ( octobre 1967) et Valle Grande , où il fut inhumé avec six autres guérilleros jusqu ’au jour où les corps ont été déterrés et rapatriés à Cuba.

Pour connaître les secrets et les nombreuses histoires qui ont forgé ce leader de la Révolution Cubaine, au moins cinq provinces nous invitent à suivre ses pas.

Les premiers jours :
Le 14 juin 1928, tandis que la famille Guevara voyageait de la province de Misiones à Buenos Aires, un imprévu l’obligea a séjourner quelques jours à Rosario (Province de Santa Fe) pour que la mère puisse donner jour à Ernesto.
C’est au numéro 480 de la Calle Entre Ríos que votre circuit pourra commencer, découvrant la maison natale d’Ernesteo Guevara dans la ville connue également pour être celle où fut conçu le Drapeau Argentin.
Les visiteurs se rendront dans le parc Irigoyen, situé entre les rues 27 de Febrero et Buenos Aires, pour découvrir la statue réalisée par Andrés Zerneri et à laquelle on accède par un escalier qui représente le chemin réalisé par le Che à travers plusieurs pays d’Amérique Latine.

L’enfance du Che :
Ernesto a fait ses premiers pas sur les terres colorées de la province de Misiones, en pleine forêt tropicale. Sa maison se trouve à Colonia Caraguatay où on peut visiter des missions jésuites et non loin des impressionnates Chutes d’Iguazu.
A cet endroit, choisi par la famille Guevara pour travailler dans les plantations d’herbe à mate, on pourra visiter un parc thématique qui rappelle l’enfance d’Ernesto. Il se trouve à 160 km de Posadas environ,sur la RN 12, dans le Département de Montecarlo.
Dans ce parc connu sous le nom de “El Solar del Che Guevarra”, le visiteur fera des randonnées sur des sentiers d’interprétation pour arriver jusqu’au ruisseau Salamanca et au repos Los Gigantes.

Le bon air :
Ernesto était asthmatique et suivant les recommandations des médecins, la famille décida de déménager à Alta Gracia dans la province de Cordoba pour que leur fils puisse bénéficier d’un air plus sain, moins chargé d’humidité que dans la forêt tropicale.
C’est donc la Villa Nydia qui devint la nouvelle demeure d’Ernesto et sa famille, villa transformée en 2001 en un musée qui porte le nom du héros argentin.
Villa Nydia est l’endroit où Ernesto a passé le plus d’années de sa vie et le climat de la région lui fut salutaire. Dans le musée vous découvrirez des photos, des objets familiaux, un buste et une grande fresque retraçant une partie des ses voyages à motocyclette.
Une des images les plus frappantes dans ce musée c’est la photo prise par Alberto Díaz Gutiérrez en 1960, plus connu sous le nom de Korda. On y trouve également une réplique de sa signature et de nombreux autres objets qui font partie de la vie du Che.
L’édifice a été classé au Patrimoine Culturel de la Ville et le musée a reçu la visite du Président Cubain Fidel Castro et du Président du Venezuela, Hugo Chavez.

Buenos Aires et la Patagonie :
En 1947, le Che voyage à Buenos Aires pour aider sa grand mère et entrer à la Faculté de Médecine. Il a vécu dans des appartements des quartiers de Palermo et Recoleta.
C’est pendant ses études qu’il décide de se lancer sur les routes pour visiter l’Argentine et les pays voisins. Lors de son premier voyage en 1950 il parcoure 4500 kilomètres avec une vieille motocyclette. Il visite Santiago del Estero, Tucumán, Salta, Jujuy, Catamarca, La Rioja, San Juan, Mendoza et San Luis.
Ensuite, comme assistant médecin, il parcoure toute la côte atlantique de l’Amérique du Sud. Et le 7 juillet 1952 il entreprend un voyage qui le conduira jusqu’à Cuba.
A Buenos Aires, dans le quartier de Caballito, on visitera un musée qui lui est dédié et qui possède une grande collection de documents. Des événements culturels y sont donnés et on y découvrira des photos, des livres, des films et des documentaires sur le Che Guevara.

San Martin de los Andes :
L’une des destinations les plus captivantes de ce circuit thématique sera San Martin de los Andes, dans la province de Neuquen, une des villes où a logé Ernesto Guevara avec son ami Alberto Granados, compagnon de ses premiers voyages.
San Martin de los Andes est une charmante bourgade entourée par les hautes montagnes des Andes qui se reflètent dans les eaux des lacs. Vous y visiterez la Pastora, le musée du Che qui retrace la vie, l’oeuvre et la pensée du célèbre révolutionnaire.

Le secrétaire d'Etat au Tourisme bolivien explique : "Nous tenons à développer un tourisme socio-culturel, mais également productif afin d'aider les communautés Guaranies et les petits villages du Chaco Bolivien situées le long de cette route suivie en 1967 par la guérilla du Che", ajoute le responsable bolivien.  
Les responsables du projet ont déclaré vouloir respecter l’image du Che et ne pas tomber dans des dérives marchandes « Nous ne cherchons pas à faire de lui une marchandise : il n’est pas un produit à vendre », affirme Diego Conca , qui gère la partie argentine du circuit, inaugurée l’année passée. « Son voyage l’a transformé et nous pensons que suivre cette route peut également être transformateur pour les touristes. »
En toile de fond, toujours, l’éternelle polémique sur la mercantilisation de la figure du Che, laquelle, incarnée par la photo de Korda, illustre des tee-shirts et des drapeaux dans tout le monde globalisé. Ce débat que le chanteur argentin Kevin Johansen pose dans « Mc Guevara’s o Che Donald’s » et que tranche ainsi Dario Fuentes, directeur de La Pastera, le Musée du Che à Neuquen : « Les utopies du Che font partie des nôtres ; c’est pour cela que nous voulons réhabiliter la valeur de son  leg en formant un circuit de mémoire historique latino-américain ». Voilà la route touristique vue non pas comme un produit lucratif, mais comme une façon de récupérer et de diffuser la vie et l’œuvre du guérillero, que tout le monde reconnaît sur une photo, mais dont les idées demeurent méconnues...

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/10/2013

×