Semaine Ché à Sète (34)

 

Ernesto Che GUEVARA, héros d’un peuple, d’une génération était apolitique lorsqu’en octobre 1950, il décide de traverser l’Amérique Latine par le Chili, le Pérou, la Colombie, découvre la misère, la pauvreté au point qu’il fait sienne la volonté d’un autre grand révolutionnaire José MARTI, exprimé ainsi " Je veux unir mon destin à celui des pauvres du monde ".
Hasta la victoria …………………………………………………………… siempre.
Le Che symbolise à nos yeux, la révolution, la lutte pour la liberté, l’égalité, la démocratie, la paix. Il est mort pour cela……………. Il y a 40 ans.

                    

Nous sommes heureux de vous présenter le programme de la Semaine
artistique au Cinéma le Comoedia de Sète, du samedi 29 septembre au
vendredi 5 octobre 2007. Cette semaine sera dédiée à Cuba et au Che
Guevara, à travers films et documentaires.

Programme :

 

 

Détails du programme :

Samedi 29 septembre

 

20h 30 :   Carnet de Voyage de Walter Salles adapté du journal : " diarios de motocicleta " du Che raconte le périple en Amérique du Sud du Che et de son ami Alberto Granado.

 

Dimanche 30 septembre

 

20h30 :   Soy Cuba Réalisé par Mikhail Kalatozov à travers quatre histoires qui renforcent l'idéal communiste face à la mainmise du capitalisme, Soy Cuba dépeint la lente évolution de Cuba du régime de Batista jusqu'à la révolution castriste.

 

Mardi 02 octobre

 

20h30 :   El Che, enquête sur un homme de légende. Réalisation : Maurice Dugowson. L'histoire : En s'appuyant sur le livre du journaliste, écrivain et diplomate Pierre Kalfon, " Che, Ernesto Guevara, une légende du siècle ", Maurice Dugowson dresse un portrait du guérillero argentin. Ce film est composé d'images d'archives très riches, dont les films amateurs du père de Guevara, entrecoupées de témoignages de proches.

 

Mercredi 03 octobre

 

19h00 : Elèves du Che : documentaire français de Michel Maillet et Albert Peiffer sur le système éducatif cubain mis en place par le Che après la révolution. Le film s’appuie sur l’itinéraire du Docteur Freddy Ilunga, neurochirurgien, qui fut interprète du Che au Congo en 1965.

 

20h00 :   Le journal de Bolivie de Richard Dindo. La démarche du film, une reprise de 1994, est quant à elle beaucoup plus intéressante. La narration repose sur le carnet de route qu’a tenu le Che durant son année de guérilla bolivienne. La caméra se contente de suivre l’itinéraire de la troupe et ne fait qu’accompagner les paroles d’outre-tombe venues du journal, laissant défiler un paysage désespérément vide. Voici Ernesto Guevara rendu à lui-même, démystifié, presque humain. Il semble possible que l’âme errante du Che puisse enfin trouver une sépulture digne.

 

Vendredi 05 octobre

 

19h00 : Parlez moi du Che de Pierre Richard un documentaire de 52 minutes tourné en 1987 par le comédien français à Cuba.

 

20h30 :   Buena Vista Social Club. Au printemps 1998, Ry Cooder retourne à Cuba pour y enregistrer un disque avec Ibrahim Ferrer et tous les musiciens qui avaient participé au premier album. Cette fois, le réalisateur allemand Wim Wenders, un vieux complice de Ry Cooder (ils ont déjà collaboré dans " Paris Texas "), est du voyage, avec une petite équipe de tournage. Parti au départ pour deux semaines, Wim Wenders va réaliser son film pendant un an ! Le reportage alterne extraits de concerts (au Carré d'Amsterdam les 11 et 12 avril 1998 et au Carnegie Hall de New York le 1er juillet 1998), séances d'enregistrement dans les studios de la maison de disque Egrem de Cuba, et interviews des musiciens, chez eux ou en extérieur. Ceux-ci n'apparaissent pas comme des stars (bien que leur talent force le respect), mais comme des gens normaux, touchants, ou de simples touristes (lorsqu'ils visitent New York à la fin).Ibrahim Ferrer nous parle de sa religion, la santeria et du culte qu'il voue à Lazaro (Saint Lazare). Le film est produit par Road Movies (société de Wim Wenders), en collaboration avec l'ICAIC (Instituto Cubano del Arte e Industria Cinematográficos), Kintop Pictures (Los Angeles) et Arte. Le film n'aborde pas de sujets politiques qui pourraient fâcher. Le film a été récompensé en tant que Meilleur film documentaire 1999 par le National Board of Review et le New York Film Critics Circle.

 

Toutes les projections seront suivies d’échanges avec les spectateurs.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×