Le fils de Che Guevara propose des séjours à Cuba sur… Harley-Davidson !

Incroyable : l’un des fils du Che propose des voyages à moto sur l’île de Cuba. Et pas sur n’importe lesquelles : l’agence La Poderosa Tours roule sur… Harley-Davidson !

Tel père, tel fils ? On aurait pu croire le dicton en passe de s’appliquer à la famille Guevara : l’Agence France Presse (AFP) révélait, le 11 décembre, que le fils cadet du guérilléro argentino-cubain Ernesto Che Guevara avait ouvert une agence de voyages à Cuba, proposant à ses clients des voyages à travers l’île communiste à moto, perpétuant la passion de son père pour les deux-roues.

Aventure tout confort

Visiter Cuba à moto, pourquoi pas ? Sauf que Che junior propose son tour en Harley-Davidson, oui la marque qui arbore fièrement les couleurs de l’Oncle Sam ! Il offre un voyage « mariant le délice de la variété des paysages de cette belle île et un contact intime avec une partie de l’histoire d’une Révolution unique », signale son portail internet.

Points forts du voyage, la visite des lieux en relation avec le « Commandante Che », du petit musée qui lui est consacré à la monumentale forteresse du 18e siècle, Cabaña dans le port de La Havane, où le Che avait son quartier général, en passant par le mausolée de Che Guevara à Santa Clara.

De six à neuf jours, ces tours « tout inclus », dont le prix d’entrée est de 3.000 $ (2.400 €), peuvent également être modulables sur demande des clients. Autre temps, autres mœurs, on est loin, très loin des conditions spartiates dans lequelles son père et ses compagnons ont mené la révolution cubaine, se cachant des mois durant dans la forêt tout en menant des actions de guérilla à dos de mules…

N’étant pas à un sacrilège près, le fils a baptisé l’agence de voyage La Poderosa Tours, récupérant le nom de la moto avec laquelle son père avait parcouru une partie de l’Amérique du Sud, entre décembre 1951 et juillet 1952 (photo). Un passage de la vie du Che qui a inspiré le superbe film « Carnets de Voyage » de Walter Salles. Détail qui tue, il s’agissait d’une Norton 500, oui une anglaise ! De quoi raviver les discussions de comptoir entre amateurs de motos américaines et britanniques…

Opportuniste ?

la poderosa toursMais Ernesto Guevara, le plus jeune des cinq enfants du révolutionnaire, avocat de profession, ne semble pas fait du même bois que son père : à 49 ans, il est à la tête de la filiale voyages de l’entreprise publique La Poderosa, qu’il cherche par tous les moyens à faire prospérer.

Rien à voir, finalement, entre père et fils : si le premier s’est à tout moment de sa vie signalé par son intransigeance dans l’engagement, son sens de la découverte et sa curiosité, le second semble plus enclin à faire fructifier un patronyme familial prompt à rameuter les foules sur une île qui, c’est confirmé, s’ouvre à la libre entreprise…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/04/2015

×