Le baby foot


Le baby-foot

Farid Lounas, président de la fédération internationale de football de table et septuple champion de France,  vous conseille à l'occasion de la première étape des championnats du monde qui a lieu en ce weekend prolongé à Eaubonne (Val d'Oise).

 


L'élite du baby foot dans le Val d'Oise pour le championnat du monde

Frederic Collignon, un champion belge de baby foot, le 9 mai 2003 à Eaubonne

Hugh Schofield AFP/archives ¦ Frederic Collignon, un champion belge de baby foot, le 9 mai 2003 à Eaubonne

  Quelque 540 joueurs de 20 nationalités différentes sont réunis depuis jeudi dans un stade à Eaubonne (Val d'Oise) pour disputer jusqu'à dimanche une étape du championnat du monde de baby foot.

Eaubonne fait partie des "grandes étapes mondiales" du championnat du monde. "C'est un peu comme le grand chelem en tennis: il y a cinq grandes étapes en Autriche, Allemagne, Suisse, Etats-Unis et ici", a expliqué à l'AFP Farid Lounas, président français de la Fédération internationale du football de table (FIFT).

Le département du Val d'Oise, partenaire principal de cet évènement, accueille pour la sixième année consécutive des qualificatifs des championnats du monde de baby foot.

Pas moins d'une vingtaine de nationalités sont présentes, comme la Belgique, l'Allemagne, l'Autriche, la Pologne, la République Tchèque mais aussi le Canada, les Etats-Unis, l'Algérie et, pour la première fois, l'Inde. "La Chine et le Cameroun n'ont pas obtenus de visa", regrette Farid Lounas.

"Toutes les catégories socio-professionnelles sont représentées, la tranche d'âge est de 14 ans à 86 ans avec notre doyen, Jean-Bernard Wernert, et nous avons 20% de femmes", assure M. Lounas qui est aussi porte-parole de la Fédération française de football de table (FFFT).

Une fédération, un championnat du monde: le baby foot est-il un sport ? "En France, les ministères se renvoient la balle, ce qui fait que nous ne sommes pas reconnu comme un sport", regrette Farid Lounas, qui se dit également "fier d'être un loisir ludique".

Le football de table a même ses vedettes, comme Samantha di Paolo, Suissesse d'une trentaine d'années, "invitée sur toutes les télés en Italie ou en Suisse". Cette championne du baby foot sera présente ce week-end à Eaubonne.

Après la reconnaissance du public, la FFFT n'attend plus qu'une reconnaissance du ministère des Sports. "Servez-vous de nous, nous sommes-là", lance Farid Lounas, qui énumère toutes les actions menées par sa fédération.

"Nous organisons des compétitions, nous organisons des actions dans les quartiers, dans les maisons d'arrêts... Pourquoi pas le faire avec le ministère?", s'interroge M. Lounas, qui a peur de voir le siège de la Fédération internationale quitter Nantes pour un pays étranger.

"En Inde, nous avons organisé une compétition avec une centaine d'écoles sous la houlette du ministère de l'Education et des Sports indien, il y avait 5.000 jeunes !" s'extasie-t-il.

En attendant que le baby foot soit inscrit au programme scolaire, la FFFT et ses partenaires, le département du Val d'Oise, un fabricant de baby foot et quelques "généreux donateurs" financent de leur poche les 100.000 euros que coûtent ces quatre jours de compétition.

 

Règlement officiel du jeux de BABY-FOOT.

La partie commence par un tirage au sort, le gagnant de ce tirage choisissant le côté ou la balle d'engagement. Après chaque manche les joueurs ou les équipes changent de côté, l'engagement est donné au joueur ou à l'équipe qui ne l'avait pas eu à la manche précédente.

ARTICLE 1 : ENGAGEMENT
La balle est engagée au demis par l'équipe ou le joueur qui vient de prendre un but.

ARTICLE 2 : CHANGEMENT DE PLACE DANS UNE EQUIPE
Le changement de place dans une équipe (Avant/Arrière - Arrière/Avant) n'est autorisé qu'après un but marqué et avant l'engagement.

ARTICLE 3 : LE PASSAGE AUX DEMIS
Une balle est estimée déviée (rateau) à partir du moment où un joueur la touche avec ses demis et la dévie vers ses propres arrières. La balle est alors remise aux demis adverses du joueurs ayant comis la faute.
Règle de l'avantage : Toutefois, si malgré un rateau de l'adversaire, les avants ont réussi à rattraper la balle déviée, ils la conservent.
Pénalité : Lors de la deuxième déviation consécutive et immédiate (pas d'échange des demis) commise par un joueur, la balle est remise systématiquement aux avants adverses.

ARTICLE 4 : LES TIRS DES DEMIS
Un tir des demis, volontaire ou non, est considéré comme un but uniquement dans les quatres cas suivant :

  • L'adversaire a dévié la balle avec ses demis (rateau)
  • La balle a tapé les montants arrières de l'adversaire (côtés immédiats droit et gauche du but) est revenue frapper le goal, les arrières, ou les demis de l'adversaire et est entrée dans le but.
  • La balle a tapé le goal de l'adversaire, est revenue frapper ses arrières ou ses demis et est entrée dans le but.
  • Tir des demis contre son propre camp.
ARTICLE 5 : LE CONTRE DES DEMIS
Un joueur a le droit de bouger ses demis sur les dégagements des arrières adverses. Un contre des demis ne compte pas but. Sauf exception article 4. Si la barre des demis n'était pas tenue par le joueur.

ARTICLE 6 : ENGAGEMENT DE LA BALLE APRES UN DEMI
Une balle rentrée sur tir des demis est considérée comme nulle (sauf exception article 4), elle est redonnée pour engagement aux demis de l'équipe ou du joueur ayant ancaissé.

ARTICLE 7 : LES REPRISES
Par équipe, les reprises sont autorisées. En simple, les reprises sont interdites (tir sans contrôle des avants sur balle venant de l'arrière). En simple, si un joueur a bloqué une balle sous le pied d'un de ses avants il n'a pas à attendre son adversaire pour tirer.

ARTICLE 8 : LA GAMELLE OU LA CASSEROLE
Une balle rentrée et ressortie d'un but est considérée comme but marqué. On réengage normalement (Voir article 1).

ARTICLE 9 : LES ROULETTES OU TOURNIQUETS
Les roulettes sont autorisées, toutefois, sur l'ensemble du baby-foot et quelque soit les barres utilisées (goal-arrières-demis-avant) il est interdit de faire plus d'un tour et demi de barre (balle sous la barre ou non). A partir de deux tours de barre (mouvement ayant entraîné un but, qui dans ce cas est nul, ou non) la balle est remise aux arrières adverses (Règlement international).

ARTICLE 10 : LES PISSETTES
Les pissettes des deux côtés sont considérées comme but (Règlement international).

ARTICLE 11 : LE TEMPS ET LE REPOS
Il est possible pour un joueur ou une équipe de demander le temps (arrêt de jeu mementané), mais seulement dans les cas suivant :

  • Lors d'une gêne pour un joueur (on lève le bras et on demande du temps)
  • Lors d'un litige (on lève le bras et on demande du temps)
  • Pour un repos qui n'interviendra qu'une fois par partie, pour chaque joueur ou équipe. On peut prendre ce repos en cours de partie (on lève le bras, on demande le temps et on précise repos) le repos dure 1 minute.

ARTICLE 12 : APRES UN ARRET DE JEU
Pour démarrer une manche, après un but, ou d'une manière générale après tout arrêt de jeu, la balle sera considérée comme jouable après que le joueur en sa possession ait demandé: prêt ? et que son adversaire immédiat ait répondu : Prêt !

ARTICLE 13 : REMISE EN JEU D'UNE BALLE SORTIE IMMOBILISATION D'UNE BALLE
La table de Baby-Foot est partagée en une ligne fictive ou réelle sur certains jeux (entre les demis) qui détermine deux camps. Quand une balle sort du jeu elle est remise aux arrières du camp d'où elle est sortie. Cette sortie est considérée comme un arrêt de jeu (voir article 12).
En cas d'indécision ou de litige concernant le point de sortie de la balle, l'arbitre peut procéder à un tirage au sort pour déterminer le camp de remise en jeu.
Il arrive parfois que la balle soit immobilisée et innnacessible pour les deux adversaires. Dans ce cas, la balle est remise aux arrières du camp dans lequel elle est immobilisée.
En cas d'immobilisation de la balle sur la ligne médiane partageant les deux camps, l'arbitre procède à un tirage au sort pour déterminer le camp de remise en jeu.
Dans le cas où la balle se trouve coincée sur la balle de goal, la balle est remise aux arrières du camp dans lequel elle est immobilisée.

ARTICLE 14 : ARBITRAGE
L'arbitre est souverain sur une partie. Ses décisions sont indiscutables. S'il y a fautes répétées ou attitude discourtoise, il peut délivrer (sans ou après avertissement) un handicap d'un but perdu pour un joueur ou une équipe. S'il le juge nécessaire il peut expulser un joueur ou une équipe du tournoi, ce qui peut entraîner une suspension temporaire ou définitive de la licence. A l'exception du temps prévu pour chaque partie (voir article 11) l'arbitre est le seul à pouvoir suspendre momentanément une phase de jeu, pour faute. Tant que l'arbitre n'a pas arrêté le jeu, les joueurs doivent poursuivre la partie. Les arrêts intempestifs ou répétés peuvent êtres sanctionnés.

LES INTERDITS :

  • Parler pendant la partie.
  • Taper sur les montants (en avant et en arrière), avec ses barres.
  • Faire perdre intentionnellement, par un acte quelconque, la balle à l'adversaire.
  • Déplacer violemment le baby-foot.
  • Mettre les mains dans le baby-foot (rattraper une balle marquée ou tenir une barre par les joueurs.
  • Souffler sur le jeu.
  • Demander le temps sans raison valable.
  • Les reprises en individuel.
  • Conserver la balle plus de dix secondes sous une même barre.
  • Refuser le baby-foot désigné.

 


 

  Bon, on s'en fait une ?

3 jeux au choix pour vous (cliquez sur les images pour jouer)

Babyfoot - Premiere League  Foosball 

.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×