Actualité 1 (cinématographique) : Gibraltar, le film

Réalisateur : Leclercq, Julien
    Acteurs : Gilles Lellouche, Riccardo Scamarcio, Tahar Rahim, Raphaëlle Agogué
    Genre : Thriller
    Nationalité : Français
    Date de sortie : 11 septembre 2013
    Durée : 1h50mn

Un nom qui a toujours fait rêver : Gibraltar. Un nom qui claque comme un drapeau, qui sonne  comme une promesse de voyage. Une enclave britannique de 6,7 km2 à l’extrême sud de l’Espagne, un port entre l’Atlantique et la Méditerranée, entre l’Europe et l’Afrique… Le générique du film qui mélange cartes, coupures de journaux, chiffres et statistiques reprend cet imaginaire en y ajoutant celui d’une autre sorte de voyages : les drogues, dont des milliers de tonnes transitent par ce territoire.
Du fait de sa proximité avec le Maroc, le lieu était dans les années 80 une plaque tournante pour divers trafics de drogues. Ce contexte va inspirer le scénariste Adbel Raouf Dafri, déjà à l’écriture de Mesrine, Un prophète ou encore la série Braquo, qui adapte ici, avec ce film, une histoire vraie.

Marc Duval, expatrié français, vit avec femme et enfant à Gibraltar. Entre les paiements de son bateau et du bar de sa femme, il peine à boucler ses fins de mois. Proposé par un voisin, Marc intègre les douanes françaises en devenant agent infiltré. Sa première mission est d'écouter les conversations de trafiquants qui trainent dans son bar, et de les rapporter à son contact. Très vite, il permet la saisie de 150 kilos de haschich. Celà lui rapporte de manière officieuse 10% de la somme de revente estimée. D'autres missions lui sont confiées mais celles ci se révèlent de plus en plus dangereuses, et infiltrer les cartels de la drogue ne s'avère pas sans conséquence, surtout lorsqu'on rencontre un des réseaux les plus puissants du monde...
Marc doit prendre de plus en plus de risques alors que le support des douanes semble se dérober. Pris au piège, il devra faire un choix difficile.
Tiré d'une histoire vraie, on rentre facilement dans ce film très efficace, on partage ses joies, ses peines, ses inspirations, ses craintes, ses peurs, ses motivations... Bref, une petite réussite, ne nous le cachons pas... sauf si vous travaillez dans les douanes, auquel cas, votre profession n'est pas montrée sous ses meilleures auspices, loin de là... Gilles Lelouche est excellent comme à son habitude.

La construction de l’intrigue en trois chapitres est peut-être ce qui restera comme le plus perturbant. La dynamique de la dernière partie du film aurait pu prendre plus de place, évacuant les quelques longueurs du milieu en donnant une perspective plus politique (donc plus polémique) au film.
Il manque donc encore à Julien Leclercq une certaine maîtrise pour aborder plus frontalement les thématiques qu’il pose. Alors qu’il ne faisait qu’effleurer le problème de la montée du terrorisme dans l’Assaut, il se refuse ici à condamner certaines pratiques des douanes françaises envers leurs « aviseurs ».
L’ensemble souffre quand même de sérieux problèmes d’écriture qui risquent  d’entamer la crédibilité d’un propos pourtant intéressant sur l’instrumentalisation des individus par l’Etat.
Car : « La lutte contre le trafic de drogues, c’est de la publicité ». Prononcée par l’un des patrons des douanes françaises, cette phrase, en substance, est peut-être celle qui résume le mieux le fondement du film : les milliers de tonnes de drogues qui arrivent en Europe, en constante progression et ce, malgré les politiques prohibitionnistes qui sont coordonnées au niveau mondial, ont montré de manière criante l’échec de la guerre à la drogue. Alors, quand un Etat annonce qu’il a fait une énorme saisie, c’est d’abord affaire de publicité, montrer aux autres polices de douanes (partenaires ou rivales) qu’on est capable d’arrêter des trafiquants. Gibraltar raconte comment la lutte contre le trafic de drogue s’organise au travers de coups tordus où dealers et flics finissent par étrangement se ressembler, jusqu’à devenir indiscernables.

Inspiré de l’expérience vécue par Marc Fievet relatée dans son livre autobiographique intitulé L’aviseur, Gibraltar est avant tout l’histoire d’un homme qui a servi l’administration des douanes françaises, avant d’être trahi par celle-ci et abandonné à la justice de son pays, purgeant plus de 10 ans de prison, suivis de 10 ans de conditionnelle, pour des crimes qu’il n’a pas commis.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 24/10/2013

×