L'assomé de Copenhague

On s'en doutait, la montagne a accouché d'une souris ...

Mais, outre le brassage de vent des grands dirigeants dominants, ça a permis à des personna non grata de s'exprimer, meme si l'information en aura été pas, peu, ou mal relayée ...


Serge Charbonneau, sur Vigile.net, nous en a fait part avant tout le monde ; bravo à lui ! Lisez-donc :

La bête noire débarque à Copenhague
À Copenhague on a la croissance à cœur bien plus que ce fameux réchauffement.
Serge Charbonneau
Tribune libre de Vigile
mercredi 16 décembre 2009      

Il prendra la parole aujourd’hui vers 11 heures, je crois, (heure de Copenhague) devant les 192 pays représentés. Il sera le neuvième orateur selon l’ordre établi par les organisateurs du sommet. Le premier à intervenir ce mercredi sera le Président de l’Éthiopie, Girma Wolde-Giorgis.

Concernant la bête noire, les caricaturistes aiguisent sûrement déjà le crayon afin d’offrir à la population une image tellement grosse du personnage qu’on oubliera d’écouter ses propos.

Verra-t-on son discours sur RDI ?

Je ne crois pas. Les discours des présidents progressistes sont à éviter. S’il fallait que la population les écoute… peut-être serait-elle tentée d’utiliser la démocratie qui lui reste pour renverser les prêtes de l’église économique qui nous gouvernent et qui nous mènent vers la catastrophe écologique, environnementale et humaine.

Chávez va probablement souligner le manque de volonté flagrant des pays développés à vouloir réduire vraiment les gaz à effet de serre.

Il mettra probablement en lumière qu’on négocie présentement une réduction des réductions de GES. Une farce grossière, où les intérêts économiques passent bien avant le réchauffement climatique.

Il démontrera cette vérité de La Palice que personne des pays "développés" ne veut voir, c’est-à-dire que le réchauffement climatique, tout comme la détérioration environnementale, est le résultat d’une surconsommation et d’une surexploitation des ressources naturelles jumelé à un laisser-aller incroyable quant à la pollution engendrée par des activités économiques lucratives (pensons aux sables bitumineux de l’Alberta).

Chávez tentera de remettre les pendules à l’heure à ce sommet. Un sommet où il est évident que l’important n’est pas de sauver la planète, mais plutôt de savoir comment polluer "légalement".

Les critères de Monsieur Harper le démontrent clairement.

À Copenhague on a la croissance à cœur bien plus que ce fameux réchauffement.

Chávez sera sûrement l’emmerdeur qui empêchera de faire passer efficacement le discours soporifique des grands décideurs de ce monde. Son discours risque de perturber ce grand cirque médiatique.

Il démontrera probablement la supercherie de la bourse du carbone.

Il serait surprenant que nos médias "dominants " ne ridiculisent pas les propos de Chávez. On résumera son discours en quelques mots, du genre : Pour Chávez, le réchauffement est la faute du capitalisme. (Voyez les titres demain.)

Et hop ! L’affaire est dans le sac ! Nul besoin de trop en dire. Mieux vaut ne pas trop en dire. Il ne faut surtout pas mettre en péril la croissance.

Les pays industriels qui représentent 20% de la population mondiale sont responsables des 3/4 des émissions des GES.

Les pays de l’ALBA ont rejeté à La Havane en fin de semaine dernière, la commercialisation et l’exploitation outrancière de la nature et de ses ressources.

Tout comme Evo Morales le dit, il faut respecter notre mère la Terre. La Terre peut survivre sans Être Humain, mais les Êtres Humains ne peuvent survivent sans leur mère la Terre.

Ce lieu d’habitation et de survie doit être préservé pour le bien-être des générations futures.

Serge Charbonneau

Québec


En effet, ça a donné ça, (et encore, ce n'est meme pas en France...)  :

Climat : Hugo Chavez s’en prend au capitalisme qui dévaste la planète

mercredi 16 décembre 2009 (15h58)

COPENHAGUE - Le président du Venezuela Hugo Chavez s’en est pris avec virulence mercredi au capitalisme qui dévaste la planète, depuis la tribune de la conférence climat de l’ONU à Copenhague.

"Un esprit hante les rues de Copenhaque... c’est le capitalisme, le capitalisme" a martelé M.Chavez à trois jours de la conclusion attendue d’un accord contre le réchauffement climatique.

"Le modèle destructeur du capitalisme, c’est l’éradication de la vie", a-t-il poursuivi en brandissant le livre du journaliste français Hervé Kempf intitulé "Comment les riches détruisent la planète".

Le président du Venezuela a également attaqué les pays riches qui ont promptement réagi l’an passé à la crise bancaire et financière en déboursant des centaines de milliards de dollars pour sauver les banques : "Si le climat était une banque, vous l’auriez déjà sauvé !".

Par ailleurs, il a attaqué le président américain Barack Obama, prix Nobel de la Paix va-t’en-guerre, selon lui.

"Je ne pense pas qu’Obama soit déjà là", a-t-il lancé.

"Il a reçu le Prix Nobel de la Paix pratiquement le jour où il envoyait 30.000 soldats tuer des innocents en Afghanistan et maintenant, il va venir ici avec son Nobel, le président des Etats-Unis..."

M. Obama devait arriver vendredi à Copenhague pour la clôture du sommet, selon la délégation américaine. Environ 115 chefs d’Etat et de gouvernement devraient se joindre à la conclusion attendue du nouvel accord.

http://www.romandie.com/ats/news/091216141742.6ojjuwqc.asp

 


 

Pour les puristes, le discours intégral et en VO , format pdf

 


Pour les non hispanophones , la vidéo sous-titrée en français  !!




Maintenant, à vous de juger ...


.


3 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×