Vietnam : l'agent orange

 

L'article est long, mais prenez la peine de tout lire ...

L’effet de l’Agent orange au Viêt Nam et les conséquences

"Une très grande tragédie oubliée à cheval sur deux siècles"

de André Bouny

 Pendant leur guerre contre le Vietnam, en particulier entre 1961 et 1971, les Etats-Unis ont utilisé des tonnes d’Agent orange – un herbicide extrêmement toxique. Les quantités déversées sont inimaginables. Inimaginables sont également les effroyables conséquences dont la population souffre encore aujourd’hui. Pensons à la peine des parents quand ils donnent naissance à des enfants à deux têtes ou dépourvus de bras et de jambes. On se demande pourquoi cet « écocide » n’a pas suscité de cris d’indignation dans nos médias.

L’article suivant nous montre la réalité de la guerre et de l’après-guerre au Vietnam. Les indemnisations que réclament les Vietnamiens malades nous en donnent l’occasion. Contrairement aux victimes américaines de la guerre, les victimes vietnamiennes n’ont toujours pas obtenu de réparations financières. Les organisations de victimes représentent 4,8 millions de Vietnamiens malades. 37 entreprises chimiques sont accusées, dont Dow Chemical et Monsanto, qui ont fabriqué le poison contenant de la dioxine. Il est temps de reconnaître que les guerres sont obsolètes. Et il devrait aller de soi qu’il faut rendre justice aux victimes.

Contexte historique et décision

Du point de vue armement, la Guerre du Viêt Nam est le conflit majeur du XXe siècle. Ce conflit oppose les Etats-Unis d’Amérique au Viêt Minh communiste Nord-vietnamien, lui-même soutenu par l’Union soviétique. Ce conflit devient une exportation de la guerre entre les deux superpuissances de la planète : les USA disent vouloir stopper le communisme en Asie tandis que l’URSS l’encourage. Le Viêt Nam est sacrifié, dans un effroyable carnage humain, en laboratoire de la guerre du futur.

Il y est déversé entre 3 et 4 fois le tonnage de bombes larguées durant toute la Seconde Guerre mondiale, soit l’équivalent de 450 bombes atomiques d’Hiroshima. Le territoire vietnamien porte les stigmates de vingt millions de cratères conséquents. Bombes de nouvelle génération à explosion, incendiaires, à effet de souffle, à dépression, à fragmentation … Près d’un demi-million de tonnes d’engins n’ont pas encore explosé. Ces reliquats ont déjà tué entre 100 000 et 200 000 personnes, surtout des enfants puisque durant de longues années plus de la moitié de la population avait moins de quinze ans. A Cu-Chi – qui veut dire « Terre d’acier » en vietnamien – il tombe plus de 10 tonnes de bombes par habitant.

L’Amérique s’enlise

Les combattants vietnamiens, invisibles et insaisissables, se déplacent sous leur forêt tropicale. Les archives de l’Armée américaine avouent 8 000 000 de « sorties » d’hélicoptères gorgés de napalm pour débusquer l’ennemi dans les villages de paillotes. Sans résultat.

L’Amérique est pressée. Sa jeunesse et celle du monde entier commencent à se soulever contre cette guerre. Aux Américains, on a promis la Lune… au Viêt Nam, ils vont la créer ! Une décision

En 1961, le Président Kennedy occupe la Maison Blanche et donne le feu vert à cette gigantesque guerre chimique appelée au départ « Opération Trail Dust » (traînée de poussière) avant de se révéler « Opération Hadès » : Dieu des morts et des enfers chez les Grecs. Puis vite rebaptisée « Opération Ranch Hand » (ouvrier agricole), parce que plus insignifiante. C’est ce troisième nom de code militaire de l’épandage de l’Agent orange sur le Viêt Nam et les parties limitrophes du Laos et du Cambodge qui reste dans l’Histoire. L’« Opération Ranch Hand » vise donc à raser la forêt tropicale de la surface de la terre ainsi que d’empoisonner les ré­coltes, les populations et les combattants. Titanesque écocide qui fera disparaître à jamais de nombreuses espèces terrestres.

Quantités, méthodes, compositions, équivalences

Quantités

Dix années sont nécessaires pour pulvériser 84 000 000 de litres de défoliants.

Méthodes

10% de cet épandage se fait à la main, par véhicule terrestre ou par bateau dans les deltas et la mangrove du littoral. 90% de la pulvérisation se fait par voie ­aérienne, à l’aide d’avions C-123 et d’hélicoptères. Les Vietnamiens n’ont alors pas d’autre protection que celle qui consiste à imbiber un tissu d’urine et à le poser sur le nez et la bouche.

Compositions

Parmi ces défoliants, il y a l’Agent Bleu contenant du cyanure, particulièrement efficace pour empoisonner les rizières, l’Agent Vert, l’Agent Blanc, l’Agent Pourpre, l’Agent Rose, selon les essences à détruire, puis l’Agent orange, appelés ainsi à cause des bandes de couleurs sur les fûts contenant le poison. L’Agent orange représente à lui seul 62% du volume des défoliants pulvérisés au Viêt Nam.

L’Agent orange est contaminé par la Tétrachlorodibenzo-para-dioxine : la Dioxine 2,3,7,8-TCDD à cause de sa composition moléculaire. Les dioxines sont constituées de 2 noyaux de benzène, 2 molécules d’oxygène et 2 molécules de chlore, de fluor ou de brome (quatre pour la variété la plus toxique).

La Dioxine TCDD est le plus puissant poison connu – un million de fois plus toxique que le plus nocif poison naturel – et aussi le plus durable.

Equivalences

Si une équivalence n’a rien de scientifique –puisqu’elle s’appuie sur une donnée pour faire une projection comparative – elle a parfois le mérite de frapper nos esprits pour saisir l’ampleur du désastre … Une étude de 2002, de l’Université Colombia de New York, révèle que 80 grammes de dioxine déversée dans le service d’eau d’une ville élimineraient 8 000 000 de ses habitants. Sur cette base, il aurait été déversé sur le Viêt Nam 40 milliards de fois le potentiel mortel pour un être humain. Stabilité, chaîne alimentaire et entrée dans la cellule Stabilité

La Dioxine TCDD se mesure en picogramme, c’est à dire en millionième de millionième de gramme (10–12 gramme). Elle a une grande stabilité. Au Viêt Nam, elle est dans les sols, dans les eaux, dans les boues, dans les sédiments et passe ainsi dans la chaîne alimentaire. Chaîne alimentaire

Dans la chaîne alimentaire, on la retrouve en grande quantité dans les graisses animales, viandes, lait, œufs et poissons. Les scientifiques ont crée une unité appelée TEQ – contraction d’équivalent toxique – de façon à fixer une limite de toxicité pour la consommation des aliments. En France, par exemple, la dose admise par kilo de poids corporel par jour pour une personne est de 1 à 4 picogrammes.

Aux Etats-Unis, la dose admise est plus drastique, elle est de 0,0064 picogramme, c’est à dire 160 fois moins que la norme française. Au Viêt Nam, cette dose peut atteindre 900 picogrammes par kilo de poids corporel par jour pour une personne. Entrée dans la cellule

Le noyau d’une cellule est protégé par un « périmètre de défense » qui a le rôle d’empêcher les molécules n’ayant pas la structure requise de pénétrer le noyau et donc d’interférer avec son patrimoine génétique. Mais, au sein du cytoplasme cellulaire (c’est-à-dire l’ensemble des éléments de la cellule à l’exception du noyau) la dioxine se lie à une molécule naturellement présente dans toutes les cellules, le récepteur aryl-hydrocarbone, et va pouvoir pénétrer les défenses du noyau cellulaire en se « faisant passer » pour une hormone. C’est ce complexe dioxine-récepteur qui va brouiller les messages hormonaux de notre système endocrinien (ensemble des glandes endocrines à sécrétion interne qui rejette la substance produite, appelée hormone, dans le sang) et va activer certaines régions de l’ADN, zones dites « sensibles aux dioxines » et entraîner ainsi l’effet toxique. Conséquences invisibles et maladies Conséquences invisibles

Les Vietnamiens pratiquent le culte des ancêtres de manière fervente. Ils souhaitent une progéniture capable de perpétrer ce culte. Si ce n’est pas le cas, une grande culpabilité s’installe envers les aïeux. On comprend pourquoi des familles qui avaient un, deux, trois enfants atteints de handicaps lourds en ont conçu un quatrième, un cinquième et un sixième et parfois plus… On estime qu’un grand nombre de naissances ne sont pas répertoriées, les enfants sont « cachés ». Il faut comprendre l’épouvantable torture mentale des parents qui voient naître leur enfant avec deux têtes ou bien avec deux visages sur la même tête ou encore sans les bras ni les jambes, quand ce n’est pas avec les organes externalisés.

Et lorsque la Dioxine TCDD ne parvient pas à traverser le placenta de la future mère et que l’enfant naît sain, la maman qui l’allaite l’empoisonne car le lait maternel est la principale voie de déstockage de la Dioxine. De nouveau, pensons à la dévastation psychologique des mères. Maladies

Même les gens que l’on pense bien portant souffrent souvent de Dermatoses (chloracné, maladie de la peau caractérisée par des comédons, des kystes et papules ; hyper-kératose, hyper-pigmentation) ; Troubles hépatiques ; Troubles cardio-vasculaires ; Atteinte de l’appareil urogénital ; Troubles neurologiques (perte de la libido, migraines, neuropathies périphériques, atteinte des facultés sensorielles) ; Troubles psychiatriques (nervosité, insomnie, dépersonnalisation, dépression, suicide).

Suite à l’accident industriel de dioxine à Seveso, en Italie, le professeur Bertazzi et son équipe (Université de Milan) déclarent : « Nous commençons à percevoir d’étranges effets à long terme […] une étude révèle un renversement complet de la répartition des sexes. Alors que dans la population générale on trouve un rapport de 106 mâles pour 100 femelles, à Seveso elle est de 48 filles pour 26 garçons. Signe d’une profonde mutation des métabolismes hormonaux. » Le sexe masculin a donc presque disparu de moitié.

Aujourd’hui, au Viêt Nam, la troisième génération est là et les gens sains de corps et d’esprit engendrent toujours des bébés-monstre avec, parfois, les organes génitaux au milieu du visage. « Réparation », preuve scientifique, Constitution des Etats-Unis, multinationales et justice « Réparation », preuve scientifique

Le « Rapport Stellman », qui est l’étude référence incontestée sur l’utilisation des défoliants au Viêt Nam, estime jusqu’à 4 800 000 le nombre de victimes potentielles ou silencieuses sprayées. Attention, ce chiffre ne tient pas compte des victimes empoisonnées ultérieurement par la chaîne alimentaire durant plus de quarante ans, ni de la progéniture des trois générations qui ont suivi jusqu’à ce jour. Les victimes passées et présentes sont des millions. Combien sont à venir? L’utilisation de cette Arme de Destruction Massive (ADM) chimique et indélébile par l’Armée américaine demande « réparation ». « Il faut des preuves scientifiques », répondent les Américains qui ont reconnu et dédommagé « leurs » vétérans de la Guerre du Viêt Nam eux-mêmes atteins par l’Agent orange ainsi que leur progéniture. C’est une façon de laisser le Viêt Nam seul y faire face. A l’époque de cette réponse américaine, une analyse pour rechercher la dioxine dans le sang coûtait entre 3000 et 4000 $.

Même si aujourd’hui ce coût a baissé, comment le Viêt Nam qui cherche les moyens de son développement peut-il assumer pareil budget? Le lien de cause à effet est reconnu pour certaines maladies et la liste s’allonge chaque année. Il est grand temps de reconnaître les maladies et malformations dans leur ensemble imputables à l’Agent orange. En effet, le faisceau de présomption est suffisamment large, les victimes vietnamiennes, celles du Laos et du Cambodge, présentent les mêmes maux que les vétérans américains de la Guerre du Viêt Nam (4 200 000 GI’s ont servi au Viêt Nam), que ceux de Corée du Sud (300 000 envoyés), de Nouvelle Zélande et d’Australie ayant combattus à leur côté, les mêmes maux que les victimes qui vivent près des zones de stockage aux Philippines, sans compter certaines personnes ayant travaillé ou résidant dans des espaces ayant servi aux essais de l’Agent orange au Canada. Il en est de même pour la progéniture de tous ceux-là. Bien sûr nous devons continuer à étudier les conséquences nocives de ces poisons, mais il est grand temps de reconnaître l’indéniable. De plus, à la différence de la plupart des victimes citées, les Vietnamiens vivent et se nourrissent sur le poison depuis plus de quarante années.

Constitution des Etats-Unis

La Constitution des Etats-Unis d’Amérique ne permet pas de se retourner contre les responsables politiques de l’époque ni contre les actes de guerre perpétrés par l’Armée américaine, même s’ils ne sont pas « autorisés » par les Conventions de Genève. Multinationales

Il reste les fabricants du poison qui, en pleine connaissance de la composition de leur produit et de sa destination – dès juin 1965, c’est-à-dire au début de l’épandage de l’Agent orange, une alerte sur l’exceptionnelle toxicité de la dioxine TCDD est émise par le laboratoire de recherche de biochimie d’un des principaux fournisseurs – et pour leur plus grande fortune, ont fourni l’US-Army. Parmi les 37 sociétés qui ont fabriqué le poison, les principales sont Monsanto, Dow Chemical, Uniroyal, Diamond, Thompson, Hercules, entre autres. Justice

Le 31 janvier 2004, quelques jours avant que soient échus les 10 ans de levée de l’embargo qui interdiraient de ce fait tout recours selon la loi étasunienne, l’Association des victimes de l’Agent orange/dioxine Viêt Nam et ­cinq victimes à titre personnel déposent une plainte au Tribunal de Première Instance de la justice fédérale Américaine de New York dont le siège se trouve à Brooklyn Est, Etat de New York. Au mois de septembre 2004, 22 autres victimes viennent s’ajouter à une liste qui risque d’être sans fin… La plainte vietnamienne engage une grande et complexe procédure. Grande car il y a beaucoup de plaignants, beaucoup d’accusés et beaucoup de faits se déroulant pendant une longue période.

Il y aura des implications sociales, économiques et financières. Ce procès sera complexe tant au point de vue juridiction appliquée que de juridiction théorique. Le procès des personnes impliquées dans l’Agent orange sera une première dans l’histoire de la justice américaine et un procès dont on n’a pas de précédent légal.

Le 10 mars 2005, un juge, celui-là même qui défendit les vétérans américains victimes de l’Agent orange et obtint « réparation » pour eux, rejette la plainte des victimes vietnamiennes ! Ce juge dit qu’il n’y a rien dans les textes de la Loi internationale qui puisse interdire l’utilisation des herbicides. Hormis le fait que les défoliants n’existaient pas lors de la rédaction de certains textes de la Loi internationale en vigueur signés par les Etats-Unis d’Amérique, la vraie question n’est pas de savoir si l’Agent orange répandu sur le Viêt Nam est un poison ou un défoliant, la vraie question est de savoir si ce défoliant contient du poison? « OUI » répond la communauté scientifique internationale universellement unanime. Un poison terriblement tératogène. Le 30 septembre 2005, les victimes vietnamiennes ont déposé leur dossier à la Cour d’Appel.

Le 16 janvier 2006, la défense des 37 compagnies a remis ses arguments devant « sa » justice. La défense des compagnies chimiques américaines prétexte déjà que l’utilisation de l’Agent orange avait pour but de protéger les soldats US, alors qu’ils ont été eux-mêmes victimes de l’Agent orange ainsi que leur progéniture. Cette défense ajoute que ces compagnies ne pouvaient pas se soustraire à une commande de leur gouvernement comme si chacune d’entre-elles était obligée de fournir les ingrédients d’un Crime contre l’humanité. La défense cherche donc à déplacer la responsabilité sur les dirigeants politiques de l’époque puisque ces derniers ont disparus ou sont constitutionnellement inaccessibles.

Cette violation massive et flagrante des droits de l’homme est devenue le plus grand oubli à cheval sur deux siècles. Ce nouveau Conseil des droits de l’homme doit faire connaître ce grand malheur du peuple vietnamien. Un malheur qui n’appartient pas au passé puisque les victimes continuent de naître à l’heure où je vous parle. L’Agent orange déversé sur le Viêt Nam n’est pas seulement un cataclysme du passé mais aussi une catastrophe du présent. Au-delà des arcanes et des nuances et autres complexités du Droit international, la première justice à rendre aux victimes de l’Agent orange est la solidarité internationale.

Aujourd’hui, le Conseil des droits de l’homme doit être non seulement la passerelle entre les victimes et l’opinion internationale que nous alertons, mais aussi et surtout l’outil qui déclenche une aide de la part de l’Organisation des Nations Unies (ONU). L’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Kofi Annan, a écrit : « De même, le Conseil des droits de l’homme aiderait à établir des fonds volontaires d’affectation spéciale et à obtenir un appui à ces fonds et des contributions, notamment pour aider les pays en développement. » Au nom du Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent orange (CIS), je demande solennellement à l’ONU, une aide financière urgente, conséquente et adaptée. Ces victimes, nos semblables, supportent des souffrances physiques et psychiques particulièrement horribles. Il faut les moyens financiers de faire un état des lieux afin de répertorier les victimes dans les campagnes.

Il faut construire des centaines de Village de la paix, établissements qui accueillent les victimes de l’Agent orange au Viêt Nam. Il faut les équiper, accompagner la formation de personnel médical spécialisé. Actuellement, on estime entre 150 000 et 300 000 enfants victimes de l’Agent orange. Si un Village de la paix accueille entre 150 et 300 victimes – ce qui est énorme compte-tenu que les handicaps lourds demandent une présence de personnel jour et nuit – il faudrait donc, au minimum, 1000 Villages de la paix tout de suite pour les seuls enfants ! Actuellement, le Viêt Nam en compte onze, et seulement deux peuvent-être considérés comme des établissements adaptés : Le Village de l’Amitié de Van Canh à côté d’Hanoi et le Village de la paix de l’Hôpital Tu Du d’Ho Chi Minh-Ville.

Mesdames et Messieurs les ambassadeurs des 47 pays siégeant au Conseil des droits de l’homme, les enfants du Viêt Nam sont souriants comme beaucoup d’enfants du monde mais, malgré les efforts conséquents des autorités, plus de quarante ans après le début de l’épandage de l’Agent orange, ces enfants du Viêt Nam « crèvent la gueule ouverte ! »

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (6)

TdL
  • 1. TdL | 06/07/2007
Je reste sans voix devant la monstruosité de l'être humain qui répand le malheur autour de lui ........... :-(((((
Clode
  • 2. Clode | 15/09/2007
Monsanto aujourd'hui veux polluer le monde avec ses OGM pour l'éternité.
Tout ça pour le fric!
bye
  • 3. bye | 15/10/2008
Monsanto, ou l'entreprise de mort.
Entre le défoliant, le rubson, les OGM et d'autres produits mortifères, cette entreprise a comme vocation, la mort de l'être huamin.
De plus, et ce n'est pas étonnant, cette pratique s'accompagne de tout l'arsenal de pressions, d'intimidations contre les médias, de crimes ( aux USA mais aussi en France,..)par le lobbying, la violence sous toutes ses formes.
" L'industrie du mensonge: lobbying, communication, publicité et médias " par John Stauber et Sheldon Rampton; éditions Agone
UN MARSEILLAIS AU VIETNAM
  • 4. UN MARSEILLAIS AU VIETNAM (site web) | 01/09/2010
Salut je vie au vietnam avec ma femme vietnamienne et je voudrais mettre ton article sur mon blog est ce que tu mis autorise?? si oui, tu peut me l'envoyer par mail !!
merci...
Chien Gué, webmaster
  • 5. Chien Gué, webmaster | 02/09/2010
Salut Marseillais du Vietnam,

Tu n'as qu'à faire un copier/coller de ce qui t'intéresse (mais n'oublie pas le nom de l'auteur ...)

Bonne continuation
Elisabet sousan
  • 6. Elisabet sousan | 27/01/2017
Ấy vậy mà bây giờ My vẫn rêu rao rằng : chất độc d cam chỉ đơn thuần là chất diệt cỏ ,đám tàn dư VNch cũng đu bám theo mà không hiểu được sự tác hại của nó . Cảm ơn tác giả về 1 bài viết trung gian và sâu sắc

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×