Créer un site internet

Guerre d'Espagne : l'appel de la Passionaria

La phrase espagnole ¡No pasarán!, signifiant « Ils ne passeront pas ! », a été prononcée par les partisans de la Seconde République espagnole (1936-1939) en lutte contre les rebelles nationalistes commandés par le général Franco, dont le soulèvement le 18 juillet 1936 déclencha la guerre civile espagnole. Ce célèbre slogan reste associé à Dolores Ibárruri Gómez (1895 - 1989), dite la Pasionaria, qu'elle ait été la première à l'utiliser ou pas, par la vigueur avec laquelle celle-ci le proclama dès le premier jour de la lutte dans un discours radio-diffusée, puis dans Madrid assiégé quelques mois plus tard, période durant laquelle ce slogan devint le cri de ralliement des républicains espagnols (cf "Madrid 1936-1939, un peuple en résistance ou l'épopée ambigüe", Coll. Autrement, série Mémoires, num. 4 janvier 1991). La phrase serait une reprise du slogan lancé par le général Robert Nivelle pendant l'offensive allemande sur Verdun, en 1916 (« Ils ne passeront pas ! »).

Des soldats franquistes, victorieux, entrant dans Madrid à la toute fin de la guerre d'Espagne, crièrent en réponse: "¡Han pasado!", "ils sont passés!".

Devenu le symbole de la résistance antifasciste, la phrase "¡No pasarán!" fut ensuite reprise dans de multiples contextes.

NO PASARAN

Dès le 19 juillet 1936, Dolores Ibarruri, la Pasionaria, lance du balcon du ministère de l'intérieur à Madrid, un vibrant appel immortalisé par la  formule fameuse : " No pasaran ! " (Ils ne passeront pas !). Ce mot d'ordre va devenir la consigne de tout le camp républicain et de tous les antifascistes du monde.

Ouvriers ! Paysans ! Antifascistes ! Espagnols patriotes ! Face au soulèvement militaire fasciste, tous debout ! Défendons la République ! Défendons les libertés populaires et les conquêtes démocratiques du peuple ! Par les communiqués du gouvernement et du Front populaire, le peuple connaît la gravité du moment actuel. Au Maroc et aux Canaries, les travailleurs sont en lutte aux côtés des forces restées fidèles à la République, contre les militaires et les fascistes insurgés. Au cri de : " Le fascisme ne passera pas, les bourreaux d'octobre ne passeront pas ! "... les ouvriers et les paysans de diverses provinces d'Espagne s'incorporent à la lutte contre les ennemis de la République. Les communistes, les socialistes et les anarchistes, les républicains démocrates, les soldats et les forces demeurées loyales à la République ont infligé les premières défaites aux factieux qui traînent dans la boue de la trahison l'honneur militaire dont ils se glorifiaient tant. Tout le pays vibre d'indignation devant ces misérables qui veulent plonger l'Espagne démocratique et populaire dans un enfer de terreur et de mort. Mais ils ne passeront pas ! L'Espagne entière s'apprête au combat. A Madrid, le peuple est dans la rue, soutenant le gouvernement et le stimulant avec son énergie et son esprit de lutte, pour que les militaires et les fascistes insurgés soient totalement écrasés.

Jeunes, préparez-vous au combat ! Femmes, héroïques femmes du peuple ! Souvenez-vous de l'héroïsme des femmes des Asturies en 1934. Luttez vous aussi aux côtés des hommes pour défendre la vie et la liberté de vos enfants que le fascisme menace ! Soldats, fils du peuple ! Restez fidèles au gouvernement et à la République, luttez aux côtés des travailleurs, aux côtés des forces du Front populaire, aux côtés de vos parents, de vos frères et de vos camarades ! Luttez pour l'Espagne du 16 février, luttez pour la République, aidez-les à vaincre ! Travailleurs de toutes tendances ! Le gouvernement met entre vos mains des armes pour sauver l'Espagne et le peuple de l'horreur et de la honte que représenterait la victoire des bourreaux d'octobre couverts de sang. Que nul n'hésite ! Soyez tous prêts pour l'action ! Chaque ouvrier, chaque antifasciste doit se considérer comme un soldat en armes. Peuples de Catalogne, du Pays basque et de Galice ! Espagnols de partout ! Défendons la République démocratique, consolidons la victoire obtenue par le peuple le 16 février. Le Parti communiste vous appelle au combat. Il appelle tout spécialement les ouvriers, les paysans, les intellectuels à occuper un poste de combat pour écraser définitivement les ennemis de la République et des libertés populaires. Vive le Front populaire ! Vive l'union de tous les antifascistes ! Vive la République du peuple !
Les fascistes ne passeront pas ! Ils ne passeront pas ! No pasaran !

5 votes. Moyenne 3.40 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021

×