Venus de Montpellier, les 7 musiciens marient chants en occitan et en français dans des compositions dub-ragga-hip hop.

Pour eux, la musique est avant tout une aventure collective, une « coopérative » où la rime et le rythme tournent à plein régime, les machines distillent le groove et les cuves débordent de textes vivants et acérés où l’occitan déploie sa verve et son originalité. 10 ans de scènes et 4 albums, Mauresca vendange à pleines mains dans le Hip Hop ou le Reggae, sans modération. À mi-chemin entre les premières heures d’un Rap pacifique et rassembleur, la force d’un Raggamufin chaloupé et l’art de faire danser les gens, le « balèti » retrouve des couleurs. C’est le choc des langues, l’éloge de la pluralité, l’art du débat hérité des troubadours et la pertinence du « conscious lyrics ».

Depuis 1998, date de création d’un premier sound system, les Mc’s- producteurs de Mauresca parcourent les scènes avec riddims, micros et rimes acérées. Inscrit dans la mouvance des nouveaux tchatcheurs et lyricistes d’Occitanie, le groupe se présente comme un collectif travaillant une musique locale donc ouverte au monde, utilisant machines, ordinateurs, samples, dans la tradition du dancehall et du hip hop. Du reggae « troubadour » au hip hop rageur et sans concession les cinq collègues (drac, benezet, chab, inti et massimo) distillent un son méditerranéen, celui de la mer partagée, une musique ou l’occitan résonne comme une parole libre, sauvage et impertinente. En octobre 2001 le groupe sort un CD entièrement auto-produit (Lo Sage e lo Fòl prod.) : Francament. En 2005, le second album Contèsta (coproduction Sage e fòl prod et MicMac) puis en avril 2008 le troisième album : Bartàs (Lo Sage e lo Fòl prod.) ainsi que le clip Stéréotype et Anam manjar en 2009. Avec plus de 500 concerts à leur actif en Europe (France, Espagne, Catalogne, Italie, Suisse, Belgique…) les agitateurs de la coopérative musicale « Mauresca » n’ont de cesse de défendre la pluralité en chantant dans la langue des troubadours, loin des clichés sudistes et provinciaux.

Acteurs culturels engagés au sein de leur structure associative « Lo Sage e lo Fòl prod » (organisatrice de concerts, ateliers d’écriture et de création musicale, production discographique) les « Occitan Warriorz » prouvent à travers leur expérience rapologique que la culture d’oc est un fabuleux espace de création.

 

 

Des textes altruistes ...

  Paroles de la chanson Ya Basta :
C’est au Mexique raggamuffin que je mets l’apostrophe
Dans un lieu à la télé toujours oublié par la voix off
Il te faut m’accompagner dans la selva Lacandón
Où la colère chiapanèque depuis longtemps résonne
Exploités, maltraités, ça va faire 500 ans !
Obligés de travailler très très très dur pour le diable blanc
Sur leurs propres terres ils sont victimes du silence
De la communauté internationale ne pensant qu’à l’immense
Marché représenté par les pays sous développés
Plein de ressources naturelles et de main d’œuvre mal payée
Escota aquò raggamuffin, encara un còp, encara un còp !

Ya basta raggamuffin, Ya basta y (x2)
El pueblo unido jamás será vencido
Ya basta compañeros, Ya basta y (x2)
El pueblo unido jamás será vencido!

Depuis plus de 50 ans au pouvoir était le PRI
Parti révolutionnaire institutionnel et puis
C’est ce que les pays riches appellent la démocratie
Tant que coule et coule encore le robinet du profit
Avec les Etats-Unis et le Canada
Ils signèrent les accords de l’ALENA
Par dessus la frontière on délocalise à tour de bras
Pas question de négociation pas question de syndicat
La culture du maïs c’est le passé
Il faut se mettre aux OGM et dans les villes travailler

Refrain.

1994 le premier janvier,
Le Chiapas s’est alors brusquement enflammé
Prenant les armes et tenant tête à l’armée
Par la voix du commandant Marcos les indiens se sont exprimés
Depuis Marcos est en poster, dans les journaux, les médias
Mais l’espoir n’est pas dans ce théatre de la langue de bois
Reconnaissons la force de ceux qui loin des télévisions
Donnent corps au jour le jour à la contestation…

Refrain

Lo monde l’embarran de luenh
Sus lo fuèc ara bufa lo vent
Manjan lo silenci, lo vuege nos atrapa
Cercam per nos batre, viva Zapata !
Propaganda, publicitat, television, sègle liberau…
La mòrt es aquí, lo patiment es multinacionau !
Veiràs que deman es encuèi dins ta boca
Picam dau còr de Chile au Babazoc..
Dins lei cèus dessenhats d’esperanças
Ma fista !
Avançan lei secrètas desiranças
Zapatistas.
Au cròs dei mans, dins la brasa dei contèstas
Lei dolors s’escafan en fin nos rèsta
Una paur que pista
Nòstre pantais zapatista

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 19/02/2014