Gilbert et ses problèmes, groupe de punk rock de Montpellier

 GILBERT ET SES PROBLEMES


GENRE : Punk-Rock  
STATUS : Actif
VILLE : Montpellier
PAYS : France
SITE WEB : http://gilbert.propagande.org/
  MEMBRES

Lolo : chant

Jyves : guitare rythmique
Vania : guitare soliste Vince : basse
Bibis : batterie Nov : saxophone
 

 

LA VRAIE HISTOIRE DISCOGRAPHIQUE
DE GILBERT ET SES PROBLEMES…

Les « Gilberts » sont 6 musiciens passionnés de punk rock originaires de Montpellier qui revendiquent l'héritage de groupes comme les Sheriff, les Rats ou les Bérurier Noir, mais s'autorisent au gré des morceaux des incursions vers le ska survitaminé, le hard core, les mélodies "ravishankarisées" ou la valse, synonyme de leurs multiples influences. La formation est basée sur un line up classique : basse, batterie, chant, guitares et saxophone.

Lolo, Jiv, Nia, Vince et Bibis se rencontrent en 1994 grâce à leur goût commun du Punk rock et l’identité qu’il véhicule : un mode de vie non conventionnel fait de partage, de musique, de contre culture et de possibles...

Les textes sont résolument engagés: Gilbert remet en cause toutes les formes d’intolérance (racisme, sexisme…) et le fonctionnement libéral de la société française qui privilégie la rentabilité au détriment des relations humaines… Mais le groupe, qui tire son énergie de la scène, sait aussi rire de situations et de scènes de vie, et faire danser (pogoter serait un terme plus exact !) son public en toute occasion. Activiste de la scène alternative depuis 1994, Gilbert et ses problèmes a à son actif plus de 300 concerts en France et à l’étranger avec notamment des affiches communes avec les Wampas, les Kargol's, Uk Subs, les Sheriff, Banlieue Rouge, No one is innocent, Kanjar'oc, Marousse, Tagada Jones…

Pendant leurs deux premières années d'existence, les « Gilberts » travaillent dur pour créer un répertoire et sortir leur première démo 6 titres (« éponyme »)… Les premiers concerts arrivent dans la région de Montpellier…Très vite insatisfaits de leur première production, ils décident d'enregistrer une deuxième démo qu'ils appelleront "deviens pas fou" et qui contiendra 6 nouveaux titres. C'est à cette époque, en 1997, que les Skalopards Anonymes proposent au groupe de mettre un titre ("La rue", issue de la 2eme démo) sur leur compilation "Ils sont passés près de chez vous" qui regroupe entre autres La ruda Salska, Molodoi, Mass murderers ou Tagada Jones.

A la même époque parait la première compilation du label des chants et du célèbre fanzine Pavillon 36 avec cette fois-ci le titre "J'ai pas envie" issu de la même démo qui paraîtra aux cotés des titres de Skunk, Yalateff, Tagada Jones (encore eux!). En 1997 toujours, les "Gilberts" créent un collectif qu'ils appellent "le cri de ralliement" avec les groupes Fiction Romance et Prohiber avec qui ils commencent à tourner dans toute la France, puis rapidement, viennent les plateaux communs avec Golpe de Estado, les Apaches ou les Valseuzes, formations dont les Gilberts se sentent musicalement et humainement proches…

C’est à peu près à ce moment la que Nov rajoute son saxo à la musique de Gilbert. "La Loi du Talion", le premier album du groupe sort enfin en 1999, il contient 13 titres de punk rock "made in Gilbert" enregistrés et mixés au studio Tymix de Pignan par Joel Cebe en 10 jours. L'album sort en autoproduction et "le cri de ralliement" distribue le disque sur les concerts ou en VPC. C’est grâce à l’argent d’un gros tremplin rock remporté par le groupe (« Tremplin de l’étang du rock ») et la confiance de nombreux souscripteurs que le disque peut sortir.

Pendant ce temps, les concerts se succèdent et de nouvelles participations à des compilations voient le jour avec 2 titres sur "R12 connexion" chez Trauma social, un titre sur "les voyageurs punkifient l'hexagone" du Keupon voyageur, et un titre sur "A soft compilation" sorti par la structure Folie douce avec des groupes comme Seven Hate, Jerky Turkey, Unlogistic, Portobello Bones ou Flying Donuts…

Après un changement de line up (Bibis et Vince respectivement batteur et bassiste partent vers d’autres aventures…) et l'arrivée d'une nouvelle section rythmique (Julien et Drik), le groupe retravaille et accélère le tempo de ses morceaux. De nombreux concerts ont lieu pendant l'année 2000, et en 2001, la cuvée Gilbert et ses nouveaux problèmes se remettent à composer en vue d'un deuxième album.

 L’album "Continuer" voit le jour fin 2001. Enregistré par Julien à la batterie qui arrête le groupe après cet album, les titres seront interprétés en concert par Beavis issu du groupe Stupid. A l'intérieur de ce deuxième album,12 titres enregistrés en 12 jours au toujours efficace studio Tymix de Pignan : Sur fond de rythmique punk, de cuivres à tendance ska et de riffs de guitares mélodiques et travaillées, les textes sont à la fois plus introspectifs avec des thèmes comme le crime passionnel, les rencontres humaines ou la déprime de l'homme moderne…

 Mais Gilbert reste ancré dans la réalité du quotidien en combattant le sexisme ("Peace Woman" et le capitalisme ("le jeu de l'oie"), ou en tournant en dérision une société sur médicamentée ("Prozack")…
L'album, bien accueilli par la presse spécialisée et les radios indépendantes, est une nouvelle fois autoproduit et auto distribué par Le Cri de Ralliement. Grâce à cet accueil et au travail des organisateurs de concert, le groupe peut se produire à de nombreuses reprises entre 2002 et 2003 en France mais aussi dernièrement en Suisse et en République Tchèque. 2 titre issus du nouvel album feront partie de la compilation Punk en France éditée par Remedy en 2002 sur laquelle se côtoient Starshooter, Parabellum, les Wampas, Ludwig Von 88, les Garçons Bouchers, La Souris déglinguée et tant d'autres…

C'est en 2003 que les Skalopards Anonymes proposent au groupe d'enregistrer un nouvel album et de rééditer les 2 premiers albums qui sont épuisés. Les deux albums ressortent en 2003, y compris en version Pack de 2 albums, cette fois ci pour être distribués en magasin, d'abord par United Music Company qui sera une aventure désastreuse, et maintenant repris par Mosaic Music distribution.

Après un nouveau changement de musicien (Nia décide de stopper l’aventure) et une pause bien méritée pendant l’hiver 2003, l'aventure de Gilbert continue avec une seule guitare. En attendant les nouveaux morceaux, le groupe place un titre sur la compilation "les oreilles loin du front" qui sort à l'initiative de Ras l'front pour les élections régionales de 2004 avec la présence de Massilia sound System, Manu Chao, les Têtes raides, Lofofora, Los très Puntos et quelques autres.

Entre parenthèse en 2004 et 2005, avec tout de meme quelques dizaines de concerts en formation réduite (basse, batterie, guitare, chant), les membres de Gilbert jouent tous dans différentes formations de la scène punk (les Nains de jardins, Lemmings et Pasteur Guy pour Beavis, THC, la Meute, Hardos 85, Solidagités pour Drik, In your ass pour Lolo, et Ya Basta ! et le CPPN pour Jiv). De nouvelles rencontres finissent par convaincre le groupe de reprendre du service. La formation s’enrichit de deux nouvelles arrivées (Fofo à la 2eme guitare et Dimitri au saxo) qui viennent redonner la couleur musicale d’origine au groupe.

2006 est donc l’année du renouveau avec la naissance du site internet du groupe (http://gilbert.propagande.org ), des dates de concerts à venir, et des nouveaux projets discographiques… Un titre inédit vient de sortir sur le quatrième volet des compiles du label Combat rock « Dites le en 4 accords » (Gilbert y interprète le titre «le vilain chasseur» aux cotés de Bad Nasty, Paris Violence, J’aurai voulu ou Steroids…) et deux titres issus du 2eme album de Gilbert apparaît sur les compils «Punk Humanitaire» ( Moumoutt Prod – 2006 ) et «Y a pas que les cigales qui font du bruit» ( Le Decapsuleur – 2006 ).

La suite devrait s’écrire prochainement …

 

Gilbert et ses problèmes, c'est du bruit qui pense :

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 19/02/2014

×