Rigueur : le piège (1/2)

Face au spectre d'une nouvelle panique financière, la zone euro s'est enfin donné les moyens de gérer les crises. Mais la rigueur exigée en retour est intenable. Une seule solution: partager le fardeau.

Pas de printemps pour la zone euro. Les ministres des Finances auront passé tous leurs week-ends de mai ensemble pour tenter de faire sortir la monnaie unique de la zone de cyclone dans laquelle la maintiennent les marchés financiers. La méfiance de ces derniers s'est d'abord portée sur l'Etat le plus fragile de la zone - la Grèce -, coupable d'avoir maquillé ses comptes publics. C'est ensuite la capacité d'autres Etats membres, tels que le Portugal, l'Irlande ou l'Espagne, à faire face à leurs besoins financiers qui a perdu le caractère d'évidence qu'elle avait avant la crise.

 

Lire rigoureusement...

×