«Le Qatar est le gendarme de l’Otan dans le monde arabe»

Prise dans le cercle vicieux de la violence, la Tunisie traverse une crise multidimensionnelle, idéologique, systémique, etc. Un bilan bien sombre après la destitution de Ben Ali. Face à cette situation un gouvernement laxiste, produit d’une arnaque électorale. Comme attendus, les signes avant coureur d’une recrudescence de la violence, ont été annoncés depuis décembre dernier par l’assassinat de Lotfi Nakhd, militant de Nida Tounès, suivi récemment de celui de Chokri Belaïd, et ce, au moment où les islamistes nourris et assistés par un Qatar aux desseins sournois, n’ont rien trouvé de mieux à faire que l’apologie de la violence...

Lire l'interview de Robert Bibeau par Cherif Abdedaïm...

×