Le « printemps arabe » : bilan d'un avortement

Peut-on tirer un bilan précis et concis de ce vaste mouvement populaire qui a nom le « Printemps arabe » (2011-2012) ? Oui certainement. Philosophes, journalistes, politiciens de droite comme de gauche, experts de tout poil et analystes arabophiles comme arabophobes tous tentent de présenter un bilan de ce mouvement diachronique. S’y essaient également les partisans et alliés des peuples arabes résistants et outrageusement dupés, réprimés, assassinés dans une dizaine de pays qui ont connu des soulèvements d’intensité et de durée variables que les médias mystifient à l’envi ...

Lire l'article de Robert Bibeau ...

×