Le 29 février, jour ouvré à fond perdu ?

« Pour un 29 février férié, sans répit nous lutterons » : avec beaucoup de dérision et un brin de sérieux, Lukino, un illustrateur montpelliérain qui fête son anniversaire tous les quatre ans, plaide une cause peu banale, par refus de « travailler plus sans gagner plus ». Son idée est née en 2004, avec la suppression du lundi de Pentecôte pour financer la dépendance. « Le calendrier des jours fériés n’est pas immuable, alors pourquoi ne pas en rajouter un ? », raconte Lukino, de son vrai nom Jacques Lucchino, imaginant une «journée du temps libre ». « Nos salaires annuels étant négociés pour 365 jours, il est anormal de travailler un jour de plus sans en tirer les justes bénéfices », proclame ce travailleur indépendant, sur son blog intitulé «Mouvement de libération du 29 février »...

Soutenir ce mouvement ...

×