La face cachée de l'info : révoltes populaires en Bosnie

Après des années de fermetures d’entreprises, de privatisations mafieuses et de montée du chômage, les jeunes et les travailleurs de Bosnie ont exprimé leur rage accumulée. Le 5 février dernier, une manifestation contre le chômage, la misère et les privatisations, appelée par des travailleurs d’entreprises privatisées et des jeunes au chômage de la ville de Tuzla, au nord-est (région qui fut la plus industrialisée de la Bosnie-Herzégovine à l’époque titiste) mettait le feu au pays. Très rapidement des affrontements entre la police et les manifestants ont éclaté ; 23 manifestants ont été blessés et plus de 30 interpellés.
Le lendemain, ont eu lieu à Sarajevo, la capitale, et dans d’autres villes, des manifestations en soutien aux revendications des travailleurs et de la jeunesse de Tuzla, accompagnées d’affrontements très durs entre manifestants et forces de répression. Jeudi 6 février, on comptait 130 blessés dont plus de 100 policiers. Le ras-le-bol exprimé à Tuzla s’était généralisé.

Les révoltes populaires en Bosnie ...

×