L’impossible seconde «révolution» industrielle

Depuis quelque temps, médias, journalistes et économistes français, belges, suisses, constatent tristement que nombre d’entreprises américaines ferment leurs usines en Europe et les délocalisent vers l’Asie mais aussi, et cela est nouveau, en direction des États-Unis. On rapporte que la firme Otis, un monopole américain, ferme son usine en Europe pour en rapatrier la production aux USA.
Une puissance impérialiste en voie de désindustrialisation peut-elle inverser le mouvement et se réindustrialiser progressivement ? Si la réponse est positive pour les États-Unis on peut imaginer qu’il en sera de même en France, en Belgique, en Suisse, en Grèce et au Canada.

Lire l'article de Robert Bibeau ...

×