« Faisons payer les riches »

 Depuis l’élection du Parti Socialiste en France, de Barak Obama aux États-Unis  et depuis l’avènement du Parti québécois social-démocrate au Québec, certaines couches de la population se sont entichées du slogan « Faisons payer les riches ». Il n’y a pas de mal à rêver direz-vous ! Justement, il y a contre-indication à consommer l’opium des pauvres et à colporter ce mythe dans la société, parmi les ouvriers et les militants révoltés.  Le narguilé n’a jamais été la panacée. Les  gouvernements des riches – élus par les riches – au service des riches – ne peuvent taxer – pressurer – imposer leurs camarades sinon que de façon marginale.

Lire l'article de Robert Bibeau ...

×